Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Erh2-Bretagne

  • ERH2-Bretagne
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents

SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association:
- Veille technologique, économique et réglementaire.
- Etudes technico-économiques.
- Projets de démonstration
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association: - Veille technologique, économique et réglementaire. - Etudes technico-économiques. - Projets de démonstration

Adhésions

Nouveau site internet: 

erh2-bretagne.strikingly.com

 

Demande d'adhésion: ERH2.Bretagne (at) gmail.com

 

Services proposés:

- Conférences, sensibilisation, formation (structures publiques et entreprises)
- Etudes générales et spécifiques sur l'hydrogène et les piles à combustibles
- Aides au montage de projets de stockage d'énergie renouvelable et de véhicules décarbonés
- Veille technologique, économique et règlementaire

 

Evénements

13-14 avril 2016
Fuel Cells Science and Technology 2016
Glasgow, Royaume Uni


25-29 avril 2016
Hannover Messe2016 - Hydrogen and Fuel Cells
Hanovre, Allemagne


29-30 avril 2016
24H de St Jo
Boulogne sur Mer


26-27 mai 2016
23rd FCDIC Fuel Cell Symposium
Tokyo, Japon


     
13-17 juin 2016
World Hydrogen Energy Conference 2016
Palais des Congrès et des Expositions, Saragosse, Espagne


14-17 juin 2016
Advanced Automotive Battery Conference (+ Fuel Cells) (16th aabc)
Detroit, USA


19-22 juin 2016
EVS29 - Electric Vehicle Symposium & Exhibition
Montréal, Québec


29-30 juin 2016
4e édition des Journées Hydrogène dans les Territoires
Grenoble

 

filière hydrogène et piles à combustible française

1) Rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPESCT) de 2014: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Article de ERH2-Bretagne avec les 5 recommandations du rapport:

Résumé ERH2-Bretagne
 

Rapport: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Présentation pdf de l'AFHYPAC au SENAT le 7 novembre 2014
 

 

2) Mobility hydrogène France: Etude nationale sur le déploiement des voitures électriques à hydrogène et de l'infrastructure de recharge associée. (2014)

Présentation de l'étude: 

http://www.afhypac.org/images/documents/h2_mobilit_france_fr_final.pdf

 

3) Les piles à hydrogène une filière d'avenir pour la transition énergétique, Rapport DREAL Rhône Alpes (Nov 2012)

Présentation du rapport: 

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/121030_-_DREAL_Hydrogene_-_Livret_de_promotion_cle149915-1.pdf

 

4) Les acteurs de la filière hydrogène et piles à combustible en région Rhone Alpes:

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Acteurs_H2PAC_nov_2012_cle545381-1.pdf

 

5) Les acteurs de la filière électromobilité hydrogène en région Midi-Pyrénées

Carte interractive: 

https://mapsengine.google.com/map/viewer?mid=zjC-x7q49Xec.kUDirMmLxpaQ

Etude de positionnement de la filière électromobilité H2 en région Pyrénées: 

http://blogs.enstimac.fr/phyrenees/Rapport_Phyre%CC%81ne%CC%81es_VF_HA%20pdf.pdf

Classement Des Articles Par Thématiques

Filière stockage des énergies marines (EMR) et renouvelables (EnR)

1) Etude stockage des énergies marines renouvelables en Bretagne, pour Bretagne Développement Innovation (BDI) dans le cadre du projet européen MEREFIC, par le bureau d'étude Indicta. (présentée le 22 novembre 2014 à la CCI du Morbihan).

Rapport d'étude: 

http://ressources.bdi.fr/telechargements/INDICTA_BDI_Stockage&EMR_Livrable%20final_v1.0%20Merific.pdf

19 mai 2015 2 19 /05 /mai /2015 17:57

Projet NØE, Navire zéro émission en Bretagne

 

Description: Navire de passagers de 35 mètres, électrique fonctionnant avec de l'hydrogène et une pile à combustible.

Les enjeux de ce projet sont importants pour la Bretagne car c'est  un des trois grands projets précurseurs en France qui est toujours très en retard par rapport à ses voisins européens.

L'hydrogène produit pourrait l'être par électrolyse à l'aide de l'électricité produite en surplus (creux de consommation et  pic de production) d'une hydrolienne de l'entreprise quimpéroise Sabella immergée prochainement entre Ouessant et Molène.

 

Porteur du projet: Société Barillec de Concarneau, Maurice Buttet


Partenaires actuels: Symbio Fcell, le CEA LITEN de Grenoble, le cabinet d'architecture navale Coprexma de Pont-l'Abbé, le chantier naval concarnois Piriou, l'École nationale supérieure maritime de Nantes et la compagnie maritime Penn ar Bed qui assure la liaison par bateau vers Ouessant. 

 

Durée du projet: 5 ans (2 ans de prototypage et de tests, 2 ans de construction, 1 an de test d'exploitation)


Dossier actuellement à l'étude pour une validation par le Pôle mer Bretagne Atlantique. (Stéphane-Alain Riou, directeur adjoint du Pôle mer Bretagne Atlantique)


ERH2-Bretagne

Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 14:53

IONWATT

La rencontre en 2012 entre Bruno Mansuy de ERH2-Betagne et le professeur Didier Floner de l'équipe CNRS (MACSE) Matière condensée et systèmes électro-actifs de l'Université de Rennes 1/CNRS, avait suscité de l’intérêt quand aux recherches menées sur les batteries à flux et à électrolyte régénéré.

 

Nous sommes extrêmement heureux que ces recherches débouchent sur la création de la startup IONWATT par François Huber qui a su anticiper les potentialités de cette technologie qui intéressait aussi Total, et que Didier Floner en deviennent conseiller scientifique tout comme Florence Geneste, chargée de recherche au CNRS.

 

François Huber a pris la direction de l’entreprise ; il pilote la stratégie et le développement en lien avec des grands groupes industriels et des PME.
Ionwatt, créée en août 2014 à Pacé près de Rennes, conçoit, fabrique et commercialise une nouvelle génération de batteries pour le stockage industriel d’électricité.

Ionwatt lève ainsi 800 000 euros pour révolutionner le stockage d’électricité
Les fonds Emertec 5 et Go Capital accompagnés par un investisseur privé, Pierre-Yves Divet et la Société d’accélération du transfert de technologie (Satt) Ouest Valorisation y investissent 800 000 euros pour financer un prototype pré-commercial de la batterie.


La technologie développée met en œuvre une batterie dans laquelle les électrolytes circulent au travers d’électrodes à haute performance. Par rapport aux batteries à électrolytes circulants actuelles, elle présente des rendements nettement améliorés. De plus, elle utilise des électrolytes qui existent en ressources quasi-illimitées et donc moins sensibles aux fluctuations du marché des matières premières, contrairement aux électrolytes d’origine minière actuellement utilisés. La nouvelle batterie va pouvoir stocker et délivrer des quantités d’énergie proportionnelles à la taille des réservoirs d’électrolytes permettant ainsi d’envisager des solutions commerciales de grande capacité (MWh).


Ionwatt, fournisseur d'équipements à l'échelle mondiale, adressera particulièrement la gestion optimisée de l’énergie produite (smart grid) et des segments de marchés tels que la production d’énergie renouvelable, la gestion des plages de production/distribution, le résidentiel, le désenclavement de zones à risques d'approvisionnement.


La technologie, protégée par quatre brevets et un savoir-faire confidentiel, est issue de l’équipe Matière condensée et systèmes électroactifs (Université de Rennes 1/CNRS) de l’Institut des sciences chimiques de Rennes.


Sept emplois vont être créés au cours du premier exercice. D'autres le seront d’ici à trois ans, pouvant dépasser la dizaine si la commercialisation intervient rapidement. Le projet bénéficie de l’accompagnement de la Satt Ouest Valorisation qui a mis en place deux programmes de maturation successifs, et de celui de Rennes Atalante dans le cadre de l’incubateur Emergys sur les volets juridiques et de financement.

 

Contact: 

François Huber - Tél : 06 34 48 29 76

fhr@ionwatt.com

 

Laboratoire CNRS MACSE: 

http://www.scienceschimiques.univ-rennes1.fr/equipes/macse/

 

Source: 

http://www.rennes-atalante.fr/actualites-technopole/actualites-de-la-technopole/blog/ionwatt-leve-800-000-euros-pour-revolutionner-le-stockage-delectricite.html

 

Pour en savoir plus sur les batteries à électrolyte circulant:

Une batterie permet de stocker et déstocker de l'énergie électrochimique par le biais de réactions d'oxydo-réduction au cours desquelles des électrons sont échangés. De manière simplifiée, les batteries sont composées de trois grandes catégories d'éléments : les électrodes, l'électrolyte et le circuit électrique extérieur. Les électrodes (anode et cathode) sont constituées de matériaux de travail qui libèrent ou acceptent les électrons selon leur état de charge ou de décharge. L'électrolyte, placé entre les deux électrodes, bloque les électrons mais autorise le passage des ions afin d'assurer l'équilibre de charge du système. Enfin, le circuit électrique extérieur connecté aux électrodes amène les électrons de l'anode à la cathode (décharge) et utilise l'énergie sous forme de travail électrique. Les batteries à flux continu ont la particularité d'avoir des électrodes liquides et un électrolyte polymère (membrane échangeuse d'ions). Dans la cellule où a lieu la réaction d'oxydo-réduction, un feutre en graphite qui est imprégné des électrodes liquides permet la conduction électronique vers des collecteurs en graphite puis vers le circuit extérieur. Les liquides contenant les éléments réactifs des deux demi-piles sont stockés dans des réservoirs séparés. Ils traversent les cellules pour l'oxydo-réduction puis sont évacués par un système de pompage. Ainsi, un grand avantage de cette technologie est de dissocier la puissance et la capacité énergétique du système, qui dépendent respectivement du nombre de cellules utilisées et du dimensionnement des réservoirs. L'un des avantages des batteries à flux continu est qu'il n'y a pas de perte de performance par déformation de l'électrode au cours des cycles de charge-décharge, et les systèmes ont une durée de vie assez longue (plusieurs milliers de cycles).

Repost 0
28 octobre 2013 1 28 /10 /octobre /2013 11:27
Repost 0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 17:26

Le projet ELHIRA en Bretagne

 

Le Plan performance énergétique 2009-2013 des exploitations agricoles (arrêté du 4 février 2009, publié au JORF du 8 février 2009) a fixé comme objectif de réduire la dépendance énergétique des installations agricoles françaises en favorisant l’autoconsommation et plus particulièrement d’aboutir, à l’horizon 2013, à 30 % des exploitations agricoles à faible dépendance énergétique.

 

Le développement des installations d’énergie renouvelables (photovoltaïques comme éoliennes) dans le monde agricole permet de réduire la dépendance énergétique des exploitations.

 

En outre, un site de consommation d’énergies renouvelables peut avantageusement tirer parti de la complémentarité de ces ressources. Cependant, ce sont des énergies de source intermittente et non synchronisées avec la consommation. Il est donc nécessaire de stocker une partie de l’énergie produite. Pour un stockage de capacité moyenne (plusieurs centaines de kWh), la technologie hydrogène apparaît comme une alternative à l’utilisation de batteries offrant des effets d’échelle et un coût (euro par kilowattheure) dégressif avec la taille.

 

Ce sont les raisons pour lesquelles, la société IMEX CGI, spécialisée dans la conception, le dimensionnement et l’optimisation des systèmes EnR sur site isolé, en collaboration avec CETH2 (PME industrielle qui conçoit, développe et fabrique des systèmes et des composants innovants de production et de purification de l’hydrogène), l’antenne rennaise de l’ENS Cachan et son laboratoire SATIE (CNRS) et l’utilisateur de la solution Mabglenig Company LTD (exploitation dédiée à l’agrobiologie qui comprend une exploitation agricole, une conserverie et une habitation et dont les besoins annuels en énergie sont représentatifs des besoins moyens des exploitations agricoles, soit 56 MWh) ont créé le projet ELHYRA (ELectricité et HYdrogène Renouvelables pour exploitation Agricole).

 

Situé dans les Côtes d’Armor, ce projet a pour objectif de relever le défi de l’autonomie énergétique, notamment pour les entreprises agricoles et pour les sites isolés. Cela passera par le développement d’une plate-forme :

 

qui concilie les énergies éolienne et photovoltaïque pour la production d’électricité et d’hydrogène ;

qui soit capable de stocker ces énergies produites (sous forme électrique et hydrogène), puis de les redistribuer pour une utilisation domestique et agricole (directement en hydrogène ou en électricité, voir synoptique ci-dessous) ;

qui dispose d’une unité de contrôle des flux énergétiques pour optimiser leur conversion, leur transmission et leur gestion. Il s'agira ici d'un micro-réseau intelligent autopiloté via des algorithmes préétablis ;

qui dispose d’une intelligence artificielle qui permet de prévoir la consommation ainsi que de donner à l’utilisateur des préconisations sur sa consommation.

Cette plate-forme intelligente de production d’énergie multi-sources et multi-usages vise à accroître l’efficacité énergétique des exploitations agricoles et des territoires, en améliorant les performances du photovoltaïque et de l’éolien tout en innovant dans l’hybridation et la gestion de plusieurs sources d’énergies. Une réduction importante des émissions de CO2 de l’exploitation est également visée. Elle passera par la substitution de tout ou partie des combustibles fossiles (propane dans le cas présent) utilisés pour alimenter des applications de l’exploitation (stérilisateur, piano de cuisson, etc.) par de l’hydrogène.

 

 

Le projet durera 36 mois. Il est soutenu depuis 2010 par la Région Bretagne qui contribue au financement du projet à hauteur de 20 000 €.

 

synoptique-ELHIRA.jpg

 

 

Source: Smart Grid CRE

Téléchargez le descriptif du projet ELHIRA: http://www.smartgrids-cre.fr/media/documents/monde/Presentation_projet_ELHYRA.pdf

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 18:54

 

 

logo-enercat-Ploemeur.jpg

Depuis mars 2013, EnerCat SAS est la nouvelle société issue du rapprochement entre IRMAtech (Ploeumeur) et CTI (Céramiques Techniques Industrielles). Elle reprend les activités de l’IRMA, avec un objectif de développement industriel dans le domaine de la catalyse environnementale et de l’énergie.

 EnerCat entend poursuivre les activités menées à l’IRMA depuis sa création en 1990 à savoir :

 - Dans le domaine de l’environnement : la réduction  des  émissions  de  polluants  dans  l'atmosphère  par  voie catalytique  ou  adsorption  (NOx, N2O, COV, NH3, CO…) ;  Le développement  de  catalyseurs  à l’échelle industrielle et les procédés associés

 

- Dans le domaine de l’énergie :

La production   d’hydrogène   à   partir   de   sources   hydrocarbonées   par   voie catalytique;

La conception  et  la construction  de  reformeurs  et leur couplage  avec  des  piles  à combustible

 

- La fabrication de produits minéraux spécifiques.

 

Les activités de l’IRMA étaient basées sur la recherche appliquée avec quelques opérations à caractère industriel.

EnerCat, de par la complémentarité entre les deux sociétés, les moyens industriels côté CTI et la connaissance des catalyseurs et leurs moyens d’évaluation côté IRMA, entend apporter une composante industrielle forte et devenir un acteur majeur dans le domaine de la catalyse appliquée à l’environnement en France.

 

Le rapprochement avec CTI doit également se traduire par le développement de nouvelles activités qui s’inscrivent dans la stratégie de l’entreprise CTI, leader mondial dans le domaine des membranes céramiques.

 

Ceci devant se traduire par le développement et la fabrication d’un nouveau type de membranes pour pervaporation avec des marchés très prometteurs.

 

Il est prévu à court terme la construction d’un nouveau bâtiment avec salle blanche pour assurer ce nouveau développement.

 

 

Source: Article de Bretagne Développement Innovation (BDI):

 http://www.bretagne-innovation.tm.fr/Actualites/EnerCat-SAS-nouvelle-societe-a-Lorient-issue-du-rapprochement-entre-IRMA-et-CTI

 

 

Pour information :

 

EnerCat SAS – Ploemeur

www.enercat.fr (site en cours de création)

SAS, filiale SEPARIS SARL (CTI)

Capital : 100 K€

Président : François Garcia ; Directeur général : Christian Hamon

15 salariés

Siège social : Ploemeur

Contact: contact@enercat.fr

 

Activités : développer, produire et commercialiser des produits ou procédés dans le domaine des matériaux catalytiques, de la dépollution (industrielle, automobile…), de l’énergie et de l’environnement.

 

IRMA : Institut Régional des Matériaux Avancés – Ploemeur 

www.irmatech.com

Centre technique créé en 1990 sur des fonds publics : Feder, Région Bretagne, Conseil général du Morbihan, Cap l’Orient et la ville de Ploemeur

 Directeur général : Christian Hamon

Association loi 1901, 15 salariés

Chiffre d’affaires 2 M€

Activités : travaille essentiellement sous contrat avec des industriels afin de développer des technologies innovantes. Positionnement « pionnier » dans un secteur particulièrement porteur aujourd’hui celui de l’environnement (dès 1990) puis de l’énergie (dès 2000).

 

CTI : Céramiques Techniques Industrielles – Salindres

www.ctisa.fr

Création 1990

Président directeur général : François Garcia

PME, 110 salariés consolidé CTI + Orelis Environnement (90 pour CTI, 20 pour OE)

Chiffre d’affaires 15 M€ consolidé CTI + Orelis Environnement (10.5 pour CTI, 4.5 pour OE, chiffres 2011)

Certification ISO 9001 en 2000

Activités : développe et commercialise des céramiques techniques à haute valeur ajoutée pour les greentech industrielles : les membranes céramiques, les filtres à particules (catalyse Denox), la catalyse et la dépollution, les matériaux réfractaires

Leader mondial pour la production de membranes céramiques pour la filtration des liquides

Acquisition d’Orelis Environnement sas en 2010

 

 

Repost 0
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 10:44

 

La classe de terminale SSI (Terminale scientifique avec option sciences de l'ingénieur) du lycée Saint Joseph de Vannes (56) constituée de  Ronan Perrois, Hippolyte Sage, Antoine Brientin et Louis Le Nezet, a terminé 6ème sur 92 équipes au départ lors de la finale académique des Olympiades de Sciences de l’Ingénieur jeudi 4 avril à Lannion.

La classe vient d'être sélectionnée à la finale nationale des olympiades de sciences de l'ingénieur qui aura lieu le 22 Mai 2013 à Les Mureaux (78).

Ils ont défendu leur projet, avec brio, technicité, aisance, sérieux et également du charisme, qui a surpris plusieurs jurys. Pour preuve, plusieurs personnes du jury ( inspecteurs, industriels, enseignants, chercheurs...) sont revenus les voir, après leur délibération, et sans que l'on sache le résultat, pour discuter, conseiller, Ils ont été à la hauteur, et digne de représenter le lycée Saint joseph.

Ils ont également été repérés, par le président national de l'UNPSTI, qui souhaiterait que l'équipe représente la France à un concours international à Stockholm, sur le thème de l'eau. Une sélection nationale aura lieu, en amont, par présentation d'un dossier.

 

Merci également aux professeurs M. Cloerec et T. Giraudeau de leur accompagnement.

 

Lycee-Saint-Joseph-Vannes-olympiades-2013.JPG

 

Le Projet:

 

Nom: "Production énergétique autonome" 

 

Installation présentée avec un point de vue industriel:

- Un panneau solaire suiveur

- Un électrolyseur produisant de l'hydrogène,

- Un système de stockage sur batteries

- L'utilisation de l'hydrogène stocké dans une pile à combustible

 

Contribution des élèves:

Conception d'un électrolyseur à partir de 3 tubes de PVC, de la soude (destop), et d'une alimentation stabilisée de PC.

Repost 0
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 15:53

CHIMIE ET DÉFIS ÉNERGÉTIQUES DU 21È SIÈCLE : DES CARBURANTS À PARTIR DE L’EAU ET DU SOLEIL

28 MAI 2013 | 20H30

Mardi de l'Espace des sciences
Champs Libres, 10, Cours des Alliés, 35000 Rennes
Salle de conférences Hubert Curien

Marc Fontecave

Chimiste, Laboratoire de chimie et biologie des métaux, Université de Grenoble, membre de l'Académie des sciences

L’énergie est le grand défi de l’humanité du XXIème siècle. Il oblige à l’innovation, couplant recherche fondamentale et recherche technologique, en matière de nouvelles technologies de l’énergie, et ce de façon urgente. Le soleil va, comme source d’énergie propre, abondante et durable, jouer un rôle majeur dans ce nouveau développement. Photovoltaïque, biomasse, biocarburants de deuxième et troisième génération, hydrogène seront discutés. L’occasion sera donnée de montrer comment la chimie contribue à la mise en œuvre de ces nouvelles technologies.

Repost 0
12 décembre 2012 3 12 /12 /décembre /2012 22:40

Une première journée bretonne consacrée à l’hydrogène a montré le potentiel de cette filière dans le développement des énergies renouvelables.

D’un côté, la voiture électrique à batterie : huit heures de recharge, pour une autonomie de 100 à 150 km. De l’autre, le véhicule électrique à pile à combustible : trois minutes de recharge, pour une autonomie de 500 à 800 km. Malgré ses qualités indéniables, l’hydrogène reste encore méconnu par les acteurs politiques et économiques. En Bretagne, il existe plusieurs projets de recherche sur l’hydrogène mais ils sont encore loin des applications et sont menés sans réelle coordination : mise au point de “biopiles” à combustible par un laboratoire rennais(1), production d’hydrogène à partir d’algues à Brest(2) et par électrolyse au LimatB à Lorient(3).

 

L’hydrogène dans les tuyaux

 

Pour tenter de fédérer les actions et d’encourager le développement de la filière, le pôle de compétences régional ERH2-Bretagne(4), qui regroupe les acteurs industriels, institutionnels et scientifiques de la filière, a organisé la première journée bretonne “hydrogène énergie et véhicules électriques”, le 19 octobre, au Véhipôle de Ploufragan. Très utilisé dans l’industrie gazière (il existe plusieurs centaines de kilomètres de canalisations d’hydrogène entre le nord de la France, l’Allemagne, la Belgique et les Pays-Bas), mais aussi pétrolière et agroalimentaire, l’hydrogène peut être produit à partir des énergies renouvelables, et constituer ainsi un moyen de stockage massif de l’électricité(5). « Nous avons imaginé trois plates-formes de stockage des énergies renouvelables : une en ville, pour des véhicules électriques à pile à combustible de transport collectif et de nettoyage urbain, une en zone rurale, pour des engins agricoles, et une troisième en mer, pour le stockage des énergies issues des éoliennes offshore et des hydroliennes », indique Bernard Mansuy, président de ERH2.

 

Avec l’éolien et l’hydrolien

 

Ce projet pourrait être précédé par la rédaction, en 2013, d’un livre blanc sur “les compétences nécessaires et disponibles pour l’émergence d’une filière hydrogène en Bretagne”, selon Dominique Ramard, vice-président énergie du Conseil régional de Bretagne. Ces conclusions seraient suivies d’une étude stratégique sur le sujet commandée par la Région. « Jean-Yves Le Drian s’était montré en janvier dernier intéressé par notre présentation d’une filière hydrogène charnière avec la filière des énergies marines », se souvient Bernard Mansuy. ERH2 devra maintenant convaincre son successeur Pierrick Massiot. Parmi ses arguments décisifs : une canalisation d’hydrogène coûte 1,2 million d’euros par kilomètre, contre 3,3 millions d’euros pour un câble électrique. Or, selon le Pacte électrique breton, les besoins énergétiques pourraient atteindre 25 TWh en 2025. À cette date, les parcs éoliens et hydroliens pourraient fournir les trois quarts de la production électrique. Selon ERH2, l’hydrogène serait alors une solution de transport et de stockage de l’énergie beaucoup plus adaptée que le réseau électrique. La Bretagne pourra-t-elle tirer son épingle du jeu ? Comme pour le solaire, l’éolien ou les énergies marines, la France dispose de très sérieux atouts pour développer cette filière. Mais sans volonté politique, l’hydrogène risque de rester stocké... au bord de la route !

 

RAPHAËL BALDOS

 

(1)UMR 6226 CNRS/Université de Rennes 1.

(2)UMR 6521CNRS/Université de Bretagne Occidentale.

(3)Laboratoire d’ingénierie des matériaux de Bretagne de l’Université de Bretagne Sud.

(4)Énergies renouvelables, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents.

(5)Lire Sciences Ouest n°288 - juin 2011 sur www.sciences-ouest.org.

 

 

 

Source: Sciences Ouest décembre 2012  http://www.espace-sciences.org/sciences-ouest/304/actualite/la-carte-bretonne-de-l-hydrogene

Repost 0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 08:27

Le 19 Octobre 2012, au véhipole de Ploufragan, ERH2-Bretagne organise la première manifestation bretonne sur l'hydrogène énergie et les véhicules électriques.

 

En partenariat avec le véhipole de Ploufragan, le mouvement européen 35, le pôle véhicules spéciaux ID4Car, Cap'tronic, Bretagne développement Innovation, et la région Bretagne.

 

Public concerné: Collectivités publiques, politiques, entreprises, laboratoires de recherche, établissements d'enseignements, Chambres de commerce et de l'industrie.

 

Programme:

 

- 9h00: Introduction

- La filière hydrogène et piles à combustible, une opportunité pour la Bretagne !

- L'hydrogène au service des énergies renouvelables: Stockage et transport de l'énergie

 

- Buffet repas et exposition (systèmes hydrogène et véhicules hydrogène en fonction des disponibilités)

 

- L'hydrogène au service de la mobilité et des transports

- Projets français dans l'espace européen

 

- Présentation de voitures à hydrogène (si disponibles)


 

Renseignements, inscription exposants, inscription visiteurs:

erh2.bretagne(at)gmail.com

Programme complet: http://ubuntuone.com/4FjwF8D41XPUAzk43IsQJK
Bulletin de reservation "visiteurs": http://ubuntuone.com/1OTfqGhCCQbEgO0RleQw6D
Bulletin de reservation "exposants": http://ubuntuone.com/2OiUX1rcG3cad8ZW5yWgkI

- Frais de participation pour les visiteurs: 60 euros
(déjeuner, dossier de bienvenue, actes et présentations numériques compris)

- Inscription validée à réception de votre règlement
(Chèque à l'ordre de ERH2 Bretagne - ERH2-Bretagne, 14 Rue Ransbach Baumbach, 35730 Pleurtuit)

Repost 0
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 19:05

 

Projet FILHyPyNE

 

L’objectif du projet FILHyPyNE est de concevoir un bateau de pêche polyvalent (caseyeur, fileyeur…) de 12 m propulsé par un système hydrogène-pile à combustible.

 

Le système de propulsion électrique (moteur électrique : 200 kW) sera alimenté par un générateur hydrogène/pile à combustible d’environ 210 kW et de batteries électriques.


Un stockage d’hydrogène sous forme gazeuse (120 kg de stockage embarqué) permettra d’assurer tous les besoins énergétiques nécessaires à ce type de bateau.


L’alimentation en hydrogène se fait par rack embarqué pour éviter toute infrastructure lourde portuaire.

 

  FILHyPyNE


Le projet validera les performances techniques, économiques, environnementales et sociales de la technologie hydrogène-pile à combustible en conditions réelles de fonctionnement métier.

La pile sera dimensionnée pour un fonctionnement en régime continu : les batteries serviront dans les phases transitoires et lors de pics de puissance. Les batteries sont rechargées par la pile lorsqu’il n’y aura pas de demande.

Les innovations porteront sur le dimensionnement des systèmes : développement de modèles de simulation numérique à valider en conditions réelles, innovation architecturale liée aux contraintes de ce nouveau système de propulsion, validation des composants pour des applications marines.
Les objectifs de marché des bateaux équipés d’une propulsion hydrogène-pile à combustible sont d’environ 210 bateaux par an sur 10 ans (pêche, plaisance et fluvial).

La société d’exploitation créée dans le cadre du projet développera trois types d’activités :

- Une activité de service liée à l’ingénierie des systèmes de propulsion hydrogène-pile à combustible;
- Une activité de formation aux bateaux équipés d’une propulsion hydrogène-pile à combustible ;
- Une activité de promotion-sensibilisation à la technologie hydrogène.

 


Les partenaires de FILHyPyNE:

Les entreprises :


  •  Mission Hydrogène, porteur du projet, Nantes (44),
  • Alu Marine, Couëron,
  • Bureau d’Etudes Mauric, Nantes,
  • Det Norske Veritas France, Nantes.

 

Les centres de recherche :  


  •   Ecole des Pêches de l’Ile d’Yeu, Ile d’Yeu,
  •   Ecole Nationale Supérieure de la Marine, Nantes,
  •   Institut Maritime de Prévention, Lorient.

 

Autres partenaires :


  •   COREPEM des Pays de la Loire, La Turballe
  •   Réseau d’informations et de conseils en économie des pêches (RICEP), Nantes 

 

Le projet FILHyPyNE a été déposé à l’Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) lancé par l’Ademe « Investissements d’Avenir », Programme Véhicules du futur, Navires du futur.


Contact :   philippe.kerneis@pole-mer-bretagne.com

Repost 0