Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Erh2-Bretagne

  • ERH2-Bretagne
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents

SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association:
- Veille technologique, économique et réglementaire.
- Etudes technico-économiques.
- Projets de démonstration
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association: - Veille technologique, économique et réglementaire. - Etudes technico-économiques. - Projets de démonstration

Adhésions

Nouveau site internet: 

erh2-bretagne.strikingly.com

 

Demande d'adhésion: ERH2.Bretagne (at) gmail.com

 

Services proposés:

- Conférences, sensibilisation, formation (structures publiques et entreprises)
- Etudes générales et spécifiques sur l'hydrogène et les piles à combustibles
- Aides au montage de projets de stockage d'énergie renouvelable et de véhicules décarbonés
- Veille technologique, économique et règlementaire

 

Evénements

13-14 avril 2016
Fuel Cells Science and Technology 2016
Glasgow, Royaume Uni


25-29 avril 2016
Hannover Messe2016 - Hydrogen and Fuel Cells
Hanovre, Allemagne


29-30 avril 2016
24H de St Jo
Boulogne sur Mer


26-27 mai 2016
23rd FCDIC Fuel Cell Symposium
Tokyo, Japon


     
13-17 juin 2016
World Hydrogen Energy Conference 2016
Palais des Congrès et des Expositions, Saragosse, Espagne


14-17 juin 2016
Advanced Automotive Battery Conference (+ Fuel Cells) (16th aabc)
Detroit, USA


19-22 juin 2016
EVS29 - Electric Vehicle Symposium & Exhibition
Montréal, Québec


29-30 juin 2016
4e édition des Journées Hydrogène dans les Territoires
Grenoble

 

filière hydrogène et piles à combustible française

1) Rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPESCT) de 2014: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Article de ERH2-Bretagne avec les 5 recommandations du rapport:

Résumé ERH2-Bretagne
 

Rapport: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Présentation pdf de l'AFHYPAC au SENAT le 7 novembre 2014
 

 

2) Mobility hydrogène France: Etude nationale sur le déploiement des voitures électriques à hydrogène et de l'infrastructure de recharge associée. (2014)

Présentation de l'étude: 

http://www.afhypac.org/images/documents/h2_mobilit_france_fr_final.pdf

 

3) Les piles à hydrogène une filière d'avenir pour la transition énergétique, Rapport DREAL Rhône Alpes (Nov 2012)

Présentation du rapport: 

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/121030_-_DREAL_Hydrogene_-_Livret_de_promotion_cle149915-1.pdf

 

4) Les acteurs de la filière hydrogène et piles à combustible en région Rhone Alpes:

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Acteurs_H2PAC_nov_2012_cle545381-1.pdf

 

5) Les acteurs de la filière électromobilité hydrogène en région Midi-Pyrénées

Carte interractive: 

https://mapsengine.google.com/map/viewer?mid=zjC-x7q49Xec.kUDirMmLxpaQ

Etude de positionnement de la filière électromobilité H2 en région Pyrénées: 

http://blogs.enstimac.fr/phyrenees/Rapport_Phyre%CC%81ne%CC%81es_VF_HA%20pdf.pdf

Classement Des Articles Par Thématiques

Filière stockage des énergies marines (EMR) et renouvelables (EnR)

1) Etude stockage des énergies marines renouvelables en Bretagne, pour Bretagne Développement Innovation (BDI) dans le cadre du projet européen MEREFIC, par le bureau d'étude Indicta. (présentée le 22 novembre 2014 à la CCI du Morbihan).

Rapport d'étude: 

http://ressources.bdi.fr/telechargements/INDICTA_BDI_Stockage&EMR_Livrable%20final_v1.0%20Merific.pdf

24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 15:22

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement de HYPAC EXPO qui se déroulera à Nantes, les 19 et 20 mars 2015. 


Cet événement pionnier en France vise, dans un contexte de transition énergétique, à présenter les solutions hydrogène énergie & piles à combustible.


HYPAC EXPO sera organisé dans le cadre du Salon Bois Energie et de Biogaz Europe, deux évènements de premier plan, et qui offrent d'importantes synergies dans un contexte de convergence énergétique avec la chaîne de valeur hydrogène :
Salon Bois Energie 19-22 mars : toute la filière du bois énergie, de la forêt à la flamme
Biogaz Europe 19-20 mars : l'évènement précurseur de la filière biogaz en France

 

Jusqu'à 50 exposants internationaux de premier plan
Plus de 7000 visiteurs professionels attendus sur les trois évènements en parallèle : professionels du secteur de l'énergie, responsables politiques, collectivités locales, chargés de projet hydrogène, biogaz et bois énergie
Synergies avec les évènements en parallèle (cliquer ici pour en savoir plus)
Un programme d'activités riche, en parallèle du Salon


Les activités suivantes seront proposées :
- Conférences
- Convention d'affaires internationale
- Visites Techniques
- Concours de l'Innovation


 

Site internet dédié: http://www.hypac-expo.com/

24/09/2014:Les technologies de l'hydrogène s'exposent à Nantes les 19 et 20 Mars 2015
Repost 0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 09:18

L'association française de l'hydrogène et des piles à combustible réponds à France stratégie à propos de son rapport qui contient des mensonges (n'ayons pas peur des mots quand ils sont des réalités) et méconnaissances (ou ignorances).

Les opinions n'ont pas valeur ici et seul la connaissance doit être étudiée, surtout en matière de stratégie !

Réponse de l’AFHYPAC à la note France Stratégie du 26 août 2014


« Y a-t-il une place pour l’hydrogène dans la transition énergétique ? »


Position générale de l’AFHYPAC

L'Association Française pour l'Hydrogène et les Piles à Combustible (AFHYPAC) regroupe les acteurs de la filière hydrogène et piles à combustible en France : des filiales de grands groupes, des PMEs (Aujourd’hui une quarantaine de PMEs travaillent en France dans la filière Hydrogène énergie), des pôles de compétitivité et des laboratoires. Elle œuvre au développement de l'usage de technologies d'avenir autour du vecteur Hydrogène Energie ainsi qu’à la création d'emplois et de compétences dans ce domaine en France.


Vous trouverez ci-dessous la réaction de l’AFHYPAC à la note du 26 août publiée par France Stratégie « Y a-t-il une place pour l’hydrogène dans la transition énergétique ? ».


Cette dernière a en effet beaucoup étonné ses membres et notamment ceux cités comme contributeur, dont la position n’est pas reflétée par cette note.

La note de France Stratégie est une note à charge contre les technologies Hydrogène énergie, avec l’utilisation d’un vocabulaire négatif et l’omission de références et de rapports d’experts importants établis indépendamment dans différents grands pays et qui vont à l’encontre des principaux points de la note. Tout cela nous paraît contraire à la démarche scientifique et manque

Cette note ne nous semble d’ailleurs pas non plus refléter la position des grandes instances de l’Etat dont l’ADEME, ni du gouvernement qui par le biais du plan Nouvelle France Industrie « stockage de l’énergie » a choisi de réaffirmer son soutien à l’Hydrogène énergie.

De fait et au contraire des acteurs impliqués, la note de France Stratégie ne prend pas en compte les enjeux énergétiques (la nécessaire intégration des renouvelables dans le mix énergétique et donc la nécessité de fournir une solution pour le stockage massif et de longue durée de l'électricité renouvelable) et environnementaux à venir (dépollution des zones urbaines et réduction des émissions de CO2 liées au transport), et méconnaît la réalité des marchés de l’Hydrogène et des progrès techniques suite aux nombreuses expérimentations en cours dans le monde.


L’AFHYPAC reste ouverte au débat et ses membres sont bien conscients des nombreux défis à relever pour que les technologies de l’H2 se déploient dans notre pays, qu’il s’agisse de défis de marché, de développement technologique ou d’encadrement réglementaire. Les obstacles à lever sont connus, et ils seront surmontés par le biais de projet de recherche dans le domaine de l’électrolyse et du stockage, mais surtout et principalement grâce au lancement de vrais projets de déploiement permettant de lancer l’industrialisation des composants, notamment dans le domaine de la mobilité hydrogène.


En effet si le principal obstacle au déploiement des véhicules électriques à hydrogène, aujourd’hui matures et en phase de production en petite série, demeure le risque financier de la phase initiale de déploiement lié au surcoût des véhicules produits en petite série et de l’infrastructure nécessaire, cet obstacle ne sera levé que par des partenariats public/privé pour l’apparition d’un certain volume dans les transports.

Le marché automobile n’est pas l’unique facteur de motivation du développement de l’hydrogène-énergie, mais il est essentiel que cette demande existe pour permettre à ce nouveau vecteur énergétique de trouver une place au sein des « réseaux énergétiques intelligents » du futur intégrant des capacités de stockage.

De nombreux acteurs industriels majeurs (constructeurs automobiles comme Daimler, Renault-Nissan ou Hyundai, énergéticiens comme GDF-Suez ou Eon, les gestionnaires d'infrastructures comme GRTgaz, producteurs de gaz industriel comme Air Liquide, fournisseurs de technologies comme Areva ou Siemens...) et scientifiques (le CEA...) ainsi que de nombreuses PMEs qui font notre tissu économique local croient sur la base de leurs résultats et de leurs analyses aux bénéfices que peuvent apporter ces technologies pour l’économie et l’environnement des territoires où elles seront développées. Elles sont en effet indispensables pour une compétitivité économique et industrielle durable, l’indépendance énergétique ou encore la qualité de l’air et de l’environnement de nos territoires ou pour tenir nos engagements internationaux en matière de gaz à effet de serre.


Ces acteurs investissent lourdement pour le déploiement de ces technologies avec le soutien d’Etats dynamiques où l’innovation porte la croissance tels que les USA, le Japon, l’Allemagne, la Corée du Sud, le Danemark, mais également le Royaume-Uni ou les Pays-Bas.

La France, deuxième plus gros marché européen pour les véhicules automobiles, a le potentiel de devenir leader dans l’hydrogène pour le transport et le stockage énergétique à condition que des actions rapides associant pouvoirs publics et acteurs industriels soient engagées pour initier une dynamique porteuse. Ce point est d’autant plus critique que nous disposons des forces industrielles et scientifiques qui ont contribué au développement de ces technologies à l’origine.

L’émergence en France d’initiatives de déploiement concret au niveau régional qui seront autant de démonstrateurs technico-économiques des atouts de l’hydrogène pour optimiser l’intégration d’énergies renouvelables et pour contribuer à une mobilité propre est donc essentielle afin que notre pays tire les fruits de l’économie de l’Hydrogèn
e énergie.

Résumé de l’analyse

Cette note ne permet pas au lecteur de disposer d’une analyse objective de la situation :

1. Elle est imprécise, fait des amalgames entre des données ou des faits qui ne sont pas comparables et ne tient pas compte des progrès techniques déjà réalisés et prévus par les industriels

− L’auteur distingue l’hydrogène mobilité de l’hydrogène comme moyen de stockage, or il s’agit d’une chaine de valeur globale de l’hydrogène énergie où l’hydrogène permettra l’intégration des énergies renouvelables dans le mix énergétique et les transports, la mobilité H2 étant également une réponse majeure à la réduction des émissions de CO2 et émissions polluantes dans les transports (Zéro émission et moteur silencieux).

− La note prétend que ni le VEH2 ni la Pile à combustible ne seraient des technologies matures alors que les véhicules sont arrivés en phase de production en petite série, qui apparaissent maintenant dans les publicités commerciales,et la puissance totale commercialisée dans le monde des piles à combustible pour la seule année 2012 est de 167 MW correspondant à 45 700 systèmes (croissance globale de 30 à 50% par an selon les applications).


2. Elle présente des idées reçues sans argumentation étayée

− Ainsi elle revient sur la question de la sécurité estimant qu’il s’agit d’un gaz trop dangereux et inacceptable pour le grand public : l’énergie, les carburants comportent des risques, mais l’Hydrogène est un gaz dont les risques sont maîtrisés industriellement depuis de nombreuses années et donc parfaitement adaptable au grand public. Quand les technologies H2 sont présentées au public, les enquêtes témoignent bien d’une adhésion


− De même pour l’auteur de la note, le power to gas n’a pas de sens économique, or le power to gas contribuera à une meilleure intégration des EnR intermittentes dans le paysage énergétique français. Il combine donc différentes valeurs : stockage, transport, arbitrage entre les marchés, flexibilité...


− Enfin et tout particulièrement sur la question des coûts: le déploiement d’une infrastructure de distribution serait d’un coût considérable, alors qu’il faut mettre en balance les gains qu’elle apporte (économies d’importations de ressources fossiles de 100Md€ sur 40 ans pour l’UE). Le coût de la tonne de CO2 évitée serait trop cher pour valoir l’investissement.

~1000€/tCO2 évitée. Mais les calculs d’Air Liquide et ceux du CEA, basés sur des données validées par les entreprises du secteur et par le Joint Research Center (Europe) montrent un coût de 100 à 300€/tCO2. Le prix hors taxes de l’H2 serait encore beaucoup plus cher que celui des carburants conventionnels or selon nos calculs en comparant des véhicules comparables nous arrivons à un prix du km de 3.5c€/km à ~5c€/km hors TIPP et ~9c€ en incluant la TIPP pour les véhicules conventionnels, proche des VEH2 à venir. Par ailleurs, comparer l’hydrogène vert et l’essence au même régime de taxes ne fait pas de sens, l’un étant neutre pour l’environnement et l’autre non.


3. Enfin, elle présente même des informations erronées

− L’auteur, en affirmant qu’il est préférable économiquement et environnementalement d’utiliser du gaz naturel directement dans les moteurs plutôt que de l’Hydrogène issu de SMR, laisse sciemment de côté les voies de production par SMR permettant d’obtenir un H2 décarboné (biométhane ou captage du CO2)


− L’auteur ignore voire nie les engagements sur la durée des grands Etats eux-mêmes (Etats-Unis, Allemagne, Corée, Japon...) associés aux industriels dans le déploiement et le soutien des technologies et infrastructures, alors que la Californie va investir 50M$ pour la construction de 28 nouvelles stations d’ici à 2015. De plus, au niveau de l’Union Européenne, les technologies de l’hydrogène énergie figurent en bonne place dans les programmes de développement des domaines Transport et Energie.


Sa conclusion enfin de ne poursuivre la R&D que sur les électrolyseurs et les piles à combustible avant d’envisager des projets de déploiement mène la France à l’impasse dans ces technologies clé pour la transition énergétique:

Ce ne sont pas des projets de recherche qui résoudront les défis de l’H2E mais bien le développement des marchés notamment le marché de la mobilité et les effets volume qu’il permettra. L’existence a priori d’un réseau de distribution d’hydrogène étendu pour le développement de véhicules à hydrogène ou le « problème de la poule et de l’œuf » a été dépassé ces dernières années par des initiatives associant gouvernement et consortium d’industriels partout dans le monde pour l’élaboration de plans de déploiement de stations à hydrogène cohérents et simultanés avec le plan de commercialisation des véhicules prévus sur un territoire. Les projets de démonstration permettent également de structurer des filières, créer une véritable activité industrielle, alimenter les PMEs locales, attirer des investisseurs.

Source: AFHYPAC

L'analyse détaillée du rapport de France stratégie:

http://www.afhypac.org/images/documents/afhypac_r_ponse_france_strat_gie_detaillee_12_09_2014.pdf

Repost 0
12 septembre 2014 5 12 /09 /septembre /2014 08:08

ERH2-Bretagne félicite MAHYTEC pour sa victoire au Concours Mondial de l’Innovation. 


Deux des fondateurs de MAHYTEC, Dominique PERREUX et Pascal ROBINET ont été reçus à l’Elysée fin juillet en tant que lauréat du Concours Mondial de l’Innovation. 


Ce concours Innovation 2030 était ouvert aux entreprises innovantes du monde entier. Le jury, présidé par Anne LAUVERGEON, a sélectionné 110 lauréats parmi plus de 1200 projets. 


Seuls 14 projets ont été retenus dans le domaine du stockage de l’énergie, parmi lesquels figure le projet RHYMOVE présenté par l’entreprise MAHYTEC.


MAHYTEC est une société créée en 2008 implantée à Dole et spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes de stockage d’hydrogène. 


MAHYTEC propose à la fois des systèmes de stockage d’hydrogène comprimé composés d’un liner polymère et d’un renfort en matériaux composites, capables de résister à la haute pression mais aussi des systèmes de stockage solide. Cette deuxième technologie repose sur un phénomène d’absorption de l’hydrogène dans un matériau, appelé hydrure et permet un stockage à basse pression.


Le projet RHYMOVE présenté lors de ce concours est une solution alternative permettant de profiter des avantages des deux technologies de stockage et d’en diminuer les inconvénients. 


La dotation d’environ 200 000€ permettra de continuer le développement de ce projet et de proposer prochainement un prototype du premier réservoir hydrogène hybride. 


Pour plus d’informations, veuillez contacter :
Christophe AVRIL Manager général +33.384.82.88.70
christophe.avril@mahytec.com


Mathilde BANGOURA Communication / Marketing +33.384.82.88.40
mathilde.bangoura@mahytec.com

 

Source: Communiqué de presse de Mahytec WWW.mahytec.com

Repost 0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 08:49

Précisions:

Voici un rapport de stratégie  bien partial, ce rapport aboutit à des conclusions contraires au rapport de l’OPECST, de H2MF, des études H2 Mobilité allemandes et anglaises, du HIT Européen etc.

 

Depuis le XIXe siècle, l’hydrogène fait rêver par ses propriétés énergétiques et environnementales. Il est vu comme pouvant remplacer les hydrocarbures quand leurs ressources seront épuisées. Sa capacité à être produit et consommé localement grâce à des petites unités à base d’énergies renouvelables a permis l’éclosion d’expérimentations, en particulier en Allemagne, tant dans le stockage d’énergie que dans la mobilité « décarbonée ».


Mais les défis à relever restent nombreux avant que ce gaz puisse pénétrer dans notre quotidien : il reste très cher à produire sans émissions de CO2, et sa forte explosivité rend son utilisation délicate.
Les maillons technologiques centraux que sont les électrolyseurs et les piles à combustible (PAC) sont bien maitrisés techniquement mais n’ont pas atteint la maturité économique. Par ailleurs, s’il se développe, l’hydrogène se retrouvera en compétition économique avec les hydrocarbures et l’électricité, nécessitant le déploiement d’infrastructures spécifiques d’un coût considérable.


Dans cette note d’analyse, France Stratégie formule trois propositions pour que l’hydrogène puisse faire partie du mix énergétique dans le futur :


- Réserver les aides pour la R&D sur les électrolyseurs et les PAC tant qu’ils n’auront pas la maturité suffisante permettant d’envisager tout déploiement ou expérimentation.

- Évaluer l’impact économique des développements possibles de l’hydrogène en examinant également ses conséquences sur les autres filières (gaz et électricité, mais aussi chaleur, carburants, etc.).


- Prendre en compte dès le début les enjeux de sûreté et d’acceptabilité presque insurmontables que pose l’usage de ce gaz très volatil et explosif, et perçu comme tel par le grand public.

 

Rapport complet: http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/201-08-06na-fs-hydrogene-hd.pdf

Repost 0
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 10:22

L’HYDROGÈNE-ÉNERGIE, UNE TECHNOLOGIE QUI SOULÈVE L’INTÉRÊT DES DEUX CÔTÉS DU RHIN. COMPTE-RENDU DU SYMPOSIUM FRANCO-ALLEMAND DU 24 JUIN 2014


Le 24 juin 2014 s’est tenu à l’Ambassade de France à Berlin un symposium franco-allemand intitulé « L’hydrogène-énergie, un modèle industriel pour la transition énergétique en France et en Allemagne : mythe ou réalité ? ». Cette conférence, qui a réuni près de 200 experts scientifiques, industriels et politiques des deux pays, avait été initiée par le Service pour la Science et la Technologie et le Service du Conseiller à l’énergie atomique et aux énergies alternatives de l’Ambassade, en partenariat avec l’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables.
 
Une conférence abordant l’hydrogène-énergie sous l’angle technologique et innovant
 
Les aspects réglementaires des deux pays ont d’abord été abordés. Côté français, un représentant de l’ADEME a dressé le panorama des technologies de l’hydrogène et de leur potentiel en France. Par la suite, un représentant du Ministère fédéral de l’économie et de l’énergie (BMWe) a présenté la situation de l’hydrogène en Allemagne, notamment en termes de politique énergétique.
 
Ont suivi plusieurs exposés sur le thème de la recherche et de l’innovation pour mettre en œuvre l’hydrogène. Les intervenants étaient issus de grands groupes industriels (Siemens et Alstom), de PME (McPhy Energy) et de centres de recherche (Institut Fraunhofer). Les différents aspects technologiques de l’hydrogène-énergie ont ensuite été abordés, tels que l’électrolyse PEM, le stockage d’hydrogène sous forme solide ou encore les matériaux nécessaire à la production d’hydrogène. Cette partie a été conclue par une table ronde rassemblant différents intervenants autour de la thématique suivante : Quel modèle technologique et quelles conditions techniques pour un déploiement industriel de l’hydrogène ? Parmi les participants se trouvaient les présidents des fédérations française et allemande de l’hydrogène ainsi qu’un représentant de l’Agence fédérale des réseaux.
 
L’après-midi, une première partie fut consacrée aux domaines d’application de l’hydrogène, notamment concernant les énergies renouvelables et l’électromobilité. Il y fut question de la plateforme de démonstration Myrte en Corse, de projets de Power-to-Gas, du développement d’une infrastructure de recharge d’hydrogène pour les transports ainsi que d’un exemple de mise en place d’un système hydrogène-énergie dans une commune (production d’hydrogène et transports notamment). Les intervenants étaient issus des milieux universitaire (Université de Corse, centre de recherche EIFER), industriel (Areva Energy Storage, E.ON France) et administratif (commune de Herten).
 
La dernière partie fut consacrée aux défis et chances de la technologie hydrogène à l’échelle nationale et locale. Après une table ronde rassemblant des représentants de l’Organisation nationale allemande pour l’hydrogène (NOW), d’Air Liquide et de GRT Gaz, un exposé fut consacré à l’acceptabilité de la technologie hydrogène auprès de la population. S’est ensuivi un exposé sur les chances de développement des communes et régions avec l’exemple du département de la Manche. La conférence fut conclue par un discours de Jean-Claude Perraudin, Conseiller énergie atomique et énergies alternatives à l’Ambassade de France à Berlin.
 
Les principaux enseignements tirés du symposium:


Les interventions et débats ont permis de faire ressortir un certain nombre d’enseignements quant au développement et aux perspectives de l’hydrogène-énergie en France, en Allemagne et en Europe.
Tout d’abord concernant la recherche, même si de nombreux points restent à explorer en détails (notamment en matière de matériaux, stockage, nanotechnologies, rendement des procédés), les spécialistes ont estimé que toutes les briques technologiques existent. Aucune rupture technologique n’est attendue dans l’immédiat. La recherche fondamentale n’apparaît pas indispensable pour les développements à court et moyen terme.
 
Par ailleurs, voici les principales déclarations ressortant des différentes interventions.

 

- L’hydrogène peut contribuer à la sécurité d’approvisionnement énergétique, un sujet particulièrement sensible dans le contexte politique actuel,

-  L’Allemagne est prête pour une collaboration avec les autres Etats-membres afin d’aider au développement de la technologie hydrogène,

-  L’hydrogène peut s’inscrire dans la tendance de la décentralisation des systèmes énergétiques que certaines régions ou municipalités promeuvent aujourd’hui,

-  Le développement de l’hydrogène-énergie a besoin de financements publics,

-  Il est important de développer une réglementation spécifique, ainsi que d’établir un régime de taxation favorable au stockage de l’énergie, aujourd’hui très contraignant,

- La question des incitations à l’utilisation des véhicules à hydrogène doit être examinée,

 

Le véritable succès de l’hydrogène ne viendra qu’avec le développement préalable d’infrastructures de recharge, dont il faut accepter qu’elles ne soient pas rentables en début d’exploitation
 
 
Contact, plus d’informations :


- Les présentations des intervenants sont disponibles en ligne sur la page du Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France en Allemagne :
http://www.science-allemagne.fr/fr/hydrogene/


- Pour plus d’informations, contacter la rédactrice (voir coordonnés ci-dessous).
 
Sources :


Co-organisation du symposium par le Service pour la Science et la Technologie de l’Ambassade de France en Allemagne
 
Rédacteur :


Hélène Benveniste, helene.benveniste@diplomatie.gouv.fr – http://www.science-allemagne.fr/

Repost 0
26 juin 2014 4 26 /06 /juin /2014 09:21

L'EHSTP  (European Hydrogen Safety Training Platform) organise le Premier Atelier de formation internationale sur la sécurité hydrogène les 3-4 Septembre 2014 à Aix en Provence, France.

 

« International Workshop on Hydrogen Safety Training for First Responders »

les 3-4 Septembre 2014

à l'ENSOSP* à Aix en Provence, France.

 

Programme:

 

Le programme de formation de base est triple:

 

- éducatif, y compris l'état des connaissances à la fine pointe en matière de sécurité de l'hydrogène,

- la formation opérationnelle sur maquette jusqu'à l'échelle réelle des installations hydrogène et des piles à combustible,

- Formation innovante en réalité virtuelle pour reproduire dans le détail un scénario d'accident , y compris l'influence de l'intervention de premier répondant.

 

Trois sessions de formation pilotes seront organisés au cours du projet.

Le Guide des mesures d'urgence, expliquant les détails de la stratégie d'intervention et les tactiques, sera élaboré et inclus dans les sessions de formation des pilotes de recevoir les commentaires des participants.

Le Groupe consultatif et consultatif sera créé pour engager autant que possible les parties prenantes européennes et fournir la sensibilisation la plus éleveé aux résultats du projet.

La composition du Groupe spécial sera ouvert aux premiers intervenants, les gestionnaires de sites, des représentants et de l'industrie de l'hydrogène, et les constructeurs automobiles à travers l'Europe.

Un site restera actif pour la formation des nouveaux arrivants après la fin du projet.

L'EHSTP  formera les premiers intervenants pour faire face à tous les aspects de sécurité pour une gamme d'applications de l'hydrogène, y compris les véhicules de tourisme, autobus, chariots élévateurs, stations de ravitaillement, l'alimentation de secours, piles à combustible stationnaires pour la production combinée de chaleur et d'électricité, etc 

 

Inscription: http://www.hyresponse.eu/files/Workshop%20Programme.pdf

 

* L’ENSOSP forme les 25 000 officiers de sapeurs-pompiers français professionnels, volontaires et du service de santé (infirmiers, médecins, pharmaciens, vétérinaires). L’école est en charge de leur formation tout au long de leur vie professionnelle.

26/06/2014:Formation internationale sur la sécurité hydrogène 3-4 sept 2014 à Aix en Provence (France)
Repost 0
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 11:06

Sans être trop chauvin, l'annonce de cette entreprise commune entre CETH2* (filiale de Smart énergies**), et Areva***, qui porte le nom d' Areva H2-Gen, est une bonne nouvelle pour la filière française de production d'hydrogène vert. Areva H2-Gen vise à fabriquer des systèmes de production d'hydrogène vert à partir d'électricité et d'eau. Ces systèmes appelés électrolyseurs à membrane échangeuse de protons, ou électrolyseurs PEM, permettent à partir d'électricité (de préférence renouvelable) de "casser" les molécules d'eau (H2O) et de fournir ainsi deux gaz: du dioxygène (O2) et du dihydrogène (H2) plus communément appelé hydrogène.

Actuellement les modèles de CETH2 sont composés de "stacks" qui produisent autour de 15 Nm3/h. Ces stacks peuvent être assemblés afin d'avoir un système avec une capacité de production de 60 Nm3/h. (spécifications techniques ici)

Avec cette nouvelle entreprise commune, la capacité de ces systèmes devront rapidemment augmenter et les coûts  de fabrication diminuer fortement s'ils veulent être compétitifs sur le marché des électrolyseurs en comparaison avec les électrolyseurs alcalins (de Mc Phy par exemple). 

Néanmoins, la recherche française (CNRS, CEA ...) a décidé d'axer plutôt  les efforts sur l'électrolyse PEM bien moins maîtrisée que l'électrolyse alcaline qui, elle, est connue depuis plus de 200 ans ! mais qui pourrait encore être améliorée.

 

Le Programme Investissements d'Avenir de l'état français est doté de 47 milliards d’euros pour financer l'innovation en France, renforcer la productivité, la capacité d’innover et accroître la compétitivité des entreprises. 
Cinq axes stratégiques ont été identifiés comme "prioritaires" par le Gouvernement et permettront à la France d’augmenter son potentiel de croissance : l'enseignement supérieur et la formation, le développement durable, la recherche, l'industrie et les PME et l'économie numérique.


Communiqué de presse:

 

AREVA, SMART ENERGIES via sa filiale CETH2 et l’ADEME annoncent la création de la coentreprise AREVA H2-Gen, visant à fabriquer des électrolyseurs par membrane à échange de protons. Cette technologie, dite « PEM » (Proton Exchange Membrane) permettra la production d’hydrogène à partir d’eau et d’électricité. 
Destinée initialement aux applications industrielles, l’électrolyse PEM vise désormais le marché du stockage des énergies renouvelables afin d’alimenter en hydrogène les stations-service pour les véhicules à pile à combustible ou les réseaux de gaz naturel (« Power-to-Gas »). 
 
AREVA, SMART ENERGIES et l’Etat français, représenté par l’ADEME en tant qu’opérateur du Programme des Investissements d’Avenir, détiendront à terme la société à parts égales pour en faire un acteur mondial de référence dans le domaine de la production d’hydrogène par électrolyse. Cette société sera basée en France où elle disposera d’un site dédié d’ingénierie et de production. 
La prise de participation de l’ADEME, intervenant pour le compte de l’Etat, contribuera à financer les investissements nécessaires au développement et à la commercialisation d’électrolyseurs de plus forte puissance. !

 

Vianney de l’Estang, Président du Directoire de SMART ENERGIES, s’est félicité de cet accord : 
« Nous avons fait l’acquisition de CETH2 en 2010 pour financer les premiers prototypes d’électrolyseurs PEM et avons accompagné l’entreprise depuis 4 ans dans ses développements techniques et commerciaux. Dans un marché de l’électrolyse PEM en forte croissance, nous sommes aujourd’hui très heureux de pouvoir unir nos forces avec celles d’un partenaire industriel comme AREVA et avec le soutien financier de l’ADEME ». 

Luc Oursel, Président du Directoire d’AREVA, a déclaré : « L’électrolyse PEM est une solution pertinente car le marché du stockage d’énergie à base d’hydrogène croît rapidement. Particulièrement adaptée à la production massive d’hydrogène, cette solution offre d’importants avantages compétitifs par rapport aux technologies traditionnelles. Elle répond notamment aux attentes des clients qui cherchent à optimiser l’utilisation des sources d’énergies renouvelables locales. » 
 
Enfin, pour Bruno Lechevin, Président de l’ADEME : « Cette opération permet d’accélérer l’émergence de l’hydrogène comme solution de stockage. Ces solutions permettent notamment de mieux valoriser la production des énergies renouvelables et donc de favoriser leur développement, en France et dans le Monde. Elle illustre, par ailleurs, la pertinence du Programme des Investissements d’Avenir, qui permet la naissance d’un nouvel acteur industriel alliant l’agilité d’une PME à la solidité d’une grande entreprise en l’accompagnant en fonds propres ». 

 

Source: Communiqué de presse commun Areva, Smart Energies, Ademe du 23/05/2014



A PROPOS DE


* CETH2 (www.ceth.fr), filiale de Smart Energies (www.smart-energies.eu), développe, fabrique et commercialise des électrolyseurs de technologie PEM, technologie la plus prometteuse à ce jour en termes de sécurité, de perspective de baisse de coût et d’adaptation aux variations de puissance. Grâce aux capitaux apportés par Smart Energies depuis 2010 et à la compétence de ses équipes, CETH2 a développé un module (« stack ») de 15 Nm3/h et a vendu sa première machines en 2012. Les électrolyseurs de CETH2 adressent les marchés suivants :

- H2 Industrie : pour couvrir les besoins en hydrogène de clients industriels pour des usages spécifiques (par exemple refroidissement d’alternateurs dans des centrales électriques),

- H2 Mobilité : le nombre de véhicules fonctionnant avec des piles à combustibles va croître fortement dans la 2ème moitié de la décennie, ce qui entrainera le développement d’un réseau de stations services fournissant de l’hydrogène, dont au moins un tiers seront équipées d’électrolyseurs, eux-mêmes alimentés par des sites de production d’énergies renouvelables décentralisées,

- H2 stockage ENR : du fait de l’intermittence du solaire et de l’éolien, la question du stockage des ENR devient un enjeu majeur ; l’électrolyseur permet de transformer l’énergie éolienne ou solaire excédentaire en hydrogène stockable. Cet hydrogène peut être re-transformé en électricité (pile à combustible), injecté dans le réseau de gaz naturel et fournir de l’énergie thermique, ou bien être combiné à du CO2 pour constituer du méthane « vert » renouvelable (méthanation).


** SMART ENERGIES est un groupe français qui investit depuis de nombreuses années dans les technologies de l’énergie et de l’environnement. Le groupe concentre aujourd’hui ses investissements principalement dans la production d’énergies renouvelables (à travers la croissance de son portefeuille de centrales hydroélectriques, solaires photovoltaïques et biogaz) et dans les « cleantech », incluant notamment la production d’hydrogène via sa filiale CETH2. www.smart-energies.eu 
 
*** AREVA 
AREVA est l'un des leaders mondiaux du nucléaire. Le groupe propose aux électriciens une offre qui couvre toutes les étapes du cycle du combustible, la conception et la construction de réacteurs nucléaires ainsi que les services pour leur exploitation. Son expertise et son exigence absolue en matière de sûreté font de lui un acteur de référence du secteur.  AREVA investit également dans les énergies renouvelables afin de développer en partenariat des solutions à fort contenu  technologique.  Grâce à la complémentarité du nucléaire et des renouvelables, les 45 000 collaborateurs d’AREVA contribuent à bâtir le modèle énergétique de demain : fournir au plus grand nombre une énergie toujours plus sûre avec moins de CO2. www.areva.com 
 
**** ADEME 
L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de l'environnement, de l'énergie et dudéveloppement durable. Afin de leur permettre de progresser dans leur démarche environnementale, l'agence met à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public, ses capacités d'expertise et de conseil. Elle aide en outre au financement de projets, de la recherche à la mise en œuvre et ce, dans les domaines suivants : la gestion des déchets, la préservation des sols, l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit. L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de l'écologie, du développement durable et de l'énergie et du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche. www.ademe.fr 
 

 
Contacts presse 
 
SMART ENERGIES 

contact-presse@smart-energies.eu

AREVA 

Alexandre Thébault Tel : +33(0)1 34 96 12 15 
E-mail : press@areva.com

ADEME 

Coraline Vastra - Marion Guérin Tél: +33(0)1 49 09 27 47 

E-mail :ademepresse@tbwa-corporate.com 

 

 

 


30/05/2014:Alliance_industrielle_francaise_pour_produire_des_electrolyseurs_PEM:Areva H2-Gen30/05/2014:Alliance_industrielle_francaise_pour_produire_des_electrolyseurs_PEM:Areva H2-Gen
Repost 0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 09:06

McPhy Energy * et Atawey ** concluent un partenariat exclusif

 


McPhy Energy, le spécialiste des équipements de production et de stockage d'hydrogène pour les marchés de l'industrie et de l'énergie et Atawey, spécialiste des solutions d'autonomie énergétique stationnaires viennent de signer un accord de partenariat pour le marché des sites isolés (relais télécoms et télévision, habitat isolé, infrastructures hôtelières de tourisme durable, bases vie... en montagne, sur des îles ou dans des territoires vastes).

Atawey intégrera de manière exclusive les systèmes McPhy Energy de stockage d'hydrogène sous forme solide dans ses solutions d'autonomie énergétique.

Aux termes de ce partenariat, McPhy Energy devient le fournisseur des systèmes de stockage d'hydrogène sous forme solide qui seront intégrés dans les solutions d'autonomie énergétique d'Atawey basées sur le stockage d'énergie renouvelable intermittente grâce à l'hydrogène. McPhy Energy assurera également la promotion dans le monde entier des solutions d'Atawey.


Atawey intègrera la technologie d'hydrures métalliques basse température de McPhy Energy qui permet de stocker l’hydrogène à basse pression sous forme solide. Grâce aux réseaux de distribution internationaux de McPhy Energy, Atawey pourra adresser les marchés mondiaux de l'autonomie énergétique (sites difficiles d'accès non raccordés au réseau électrique et pour lesquels l'approvisionnement en carburant est complexe et coûteux).

Courant juin, un premier équipement pour les applications d'habitat isolé sera installé avec les équipes du CEA à l’Institut National de l’Energie Solaire (INES). Un deuxième le sera à la rentrée dans le cadre du projet Thémis pour les applications industrielles de type relais télécoms. Des études commerciales sont en cours pour des installations en montagne et sur des îles du territoire français.

« Nous nous félicitons de cet accord avec McPhy Energy qui a développé cette technologie de stockage solide adaptée à nos besoins dans un délai particulièrement court. Elle nous permet de réaliser un stockage d’énergie renouvelable de grande capacité et de longue durée dans des conditions de sécurité et de fiabilité parfaitement adaptées aux dispositifs d’Atawey. Cette collaboration avec l’un des acteurs majeurs de l’hydrogène énergie nous permettra, via ses filiales, une diffusion internationale de nos solutions d’autonomie énergétique », déclare Jean-Michel Amaré, Président et co-fondateur d’Atawey.

« Nous sommes très satisfaits de ce partenariat avec Atawey, une start-up innovante qui s'appuie sur des technologies françaises matures afin de proposer des équipements d'autonomie énergétique sûrs et durables pour des applications sur sites isolés. Ce nouvel accord s'intègre parfaitement dans notre stratégie de développement sur les différents marchés mondiaux de l'hydrogène énergie », conclut Pascal Mauberger, Président du Directoire de McPhy Energy. 

 

Source:

http://www.mcphy.com/fr/actualites/communiques/mcphy-energy-et-atawey-concluent-un-partenariat-exclusif-1044/


* À propos de McPhy Energy

McPhy Energy, le spécialiste des solutions hydrogène dédiées au stockage d'énergie et aux applications industrielles, a été créé en 2008 à La Motte Fanjas dans la Drôme. Fort de sa technologie exclusive de stockage d'hydrogène sous forme solide et de sa longue expertise dans la production d'hydrogène par électrolyse de l'eau, McPhy Energy conçoit et fabrique des équipements flexibles de production et de stockage.

Ces solutions respectueuses de l'environnement offrent des avantages uniques de sécurité, d'indépendance et de simplicité d'utilisation. Elles s'adressent aux secteurs des énergies renouvelables, de la mobilité et de l'industrie où McPhy Energy compte plus de 1 000 clients.

Le groupe dispose de 3 sites de production en France, Allemagne et Italie ainsi que d'un laboratoire de R&D en France.

Depuis le 25 mars 2014, McPhy Energy est coté sur Euronext Paris (compartiment C, code ISIN : FR0011742329, code mnémonique : MCPHY). 

www.mcphy.com

Relations presse McPhy Energy
Calyptus
Marie-Anne Garigue
Tél : + 33 1 53 65 68 63
marie-anne.garigue@calyptus.net


 
** À propos d'Atawey
La start-up éco-innovante Atawey (Anytime, Anywhere, Energy), basée à Savoie Technolac, étudie, conçoit et fabrique des solutions complètes d’autonomie énergétique pour sites isolés, basées sur le stockage par l’hydrogène, des énergies renouvelables (soleil, eau, vent). Cofondée en septembre 2012 par Jean-Michel Amaré (Président) et Pierre-Jean Bonnefond (Directeur Général), la start-up est le fruit de plusieurs années de R&D et d’expérimentations dans les technologies de l’hydrogène et de l’énergie.

Atawey propose deux designs de produits, dont le premier « MYE 1» - à destination de l’habitat isolé en montagne, sur des îles ou des territoires vastes -  est disponible sur le marché depuis janvier 2014. Le second design, « MYE 10 », est destiné aux relais télécoms et TV ou aux grandes infrastructures de tourisme (resorts, lodges…).

Ces deux systèmes d’autonomie énergétique qui répondent à une demande énergétique de 1 à 30 MWh/an s’adaptent aux besoins spécifiques des sites et à leurs évolutions dans le temps. Ils sont à la fois économiques et respectueux de l’environnement.

Atawey réalisera une deuxième augmentation de capital fin 2014 afin d’accélérer ses plans de R&D, d’industrialisation et d’accroitre les actions de commercialisation de ses produits à l’international.

www.atawey.com

Suivez-nous sur Twitter : @atawey

Relations presse Atawey:
HCG Communication
Hélène Champetier-Gusella
Tél : + 33 6 70 66 99 17
communication@atawey.com

Repost 0
3 mai 2014 6 03 /05 /mai /2014 11:52


L’HYDROGÈNE-ÉNERGIE, UN MODÈLE INDUSTRIEL POUR LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE EN FRANCE ET EN ALLEMAGNE : MYTHE OU RÉALITÉ ? 

LE 24 JUIN 2014 À BERLIN



 Le Service pour la Science et la Technologie et le Service du Conseiller pour l’énergie nucléaire et les énergies alternatives de l’Ambassade de France à Berlin, ainsi que l’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables (OFAEnR), organiseront le 24 juin une conférence sur le thème suivant :
L’hydrogène-énergie, un modèle industriel pour la transition énergétique en France et en Allemagne : mythe ou réalité ?
 
La conférence aura lieu à l’Ambassade de France à Berlin. Elle s’inscrit dans le cadre de la déclaration des gouvernements français et allemand lors du Conseil des ministres franco-allemand du 19 février, qui définit « le développement des technologies hydrogène » et la mise en place de partenariats franco-allemands dans ce domaine comme l’un des axes prioritaires de la coopération franco-allemande.
La Chambre franco-allemande de commerce et d’industrie et l´Agence fédérale allemande pour la promotion de l’investissement et du commerce (GTAI) sont partenaires de la conférence.
Nous invitons toutes les personnes intéressées à s’inscrire (participation gratuite), en envoyant leur nom, celui de leur institution et leur adresse mail à l’adresse mentionnée ci-dessous. La manifestation aura lieu en français et en allemand avec traduction simultanée.
 
Programme provisoire
 
Introduction
 
Mots de bienvenue
Dr. Florence Rivière-Bourhis, Conseillère pour la Science et la Technologie, Ambassade de France en Allemagne
Mélanie Persem, Directrice de l’Office franco-allemand pour les énergies renouvelables
 
La transition énergétique française et l’hydrogène : état des lieux, objectifs et cadre réglementaire
Pierre-Marie Abadie*, Directeur général, Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC), Ministère de l’Ecologie (MEDDE)
 
Le contexte énergétique allemand et les enjeux de l’hydrogène : état des lieux, objectifs et cadre règlementaire
Dr. Urban Rid*, Directeur du département politique de l’énergie – électricité et réseaux, Ministère de l’économie et de l’énergie (BMWi)
 
Recherche et innovation : les nouvelles technologies de mise en œuvre de l’hydrogène
 
Electrolyse PEM – une technologie de transition pour la flexibilisation du système énergétique
Gaëlle Hotellier, Directrice du département de solutions H2, Siemens
 
Les potentiels de l’hydrogène-énergie pour l’industrie et le transport
Peter Erich Arnold, Regional Sales Director Alstom Carbon Capture, Alstom Deutschland
 
Possibilités de stockage de l’hydrogène – l’exemple du stockage solide

Pascal Mauberger, Président du Directoire, McPhy Energy
 
Matériaux et techniques innovants du stockage de l‘hydrogène
Dr. Lars Röntzsch, Directeur du département technologies de l’hydrogène, Institut Fraunhofer pour la technique de production et la recherche appliquée de matériaux (IFAM)
 
Table ronde : Quel modèle technologique et quelles conditions techniques pour un déploiement industriel de l’hydrogène ?
Pascal Mauberger, Président, Association française de l’hydrogène et des piles à combustible (AFHYPAC)
Werner Diwald, Membre du Directoire, Association allemande de l’hydrogène et des piles à combustible (DWV)
Dr. Mathias Mostertz*, Manager Innovation, Linde
Andreas Müller, Chargé de mission service accès au réseau de gaz, enjeux techniques et qualité d’approvisionnement, Agence fédérale des réseaux (BNetzA)
 
Déjeuner
 
Les domaines d’application de l’hydrogène et les perspectives pour une économie décarbonnée : énergies renouvelables et électromobilité
 
Développement scientifique et stratégie industrielle – retour d’expérience de la plateforme MYRTE et perspectives associées à la transition énergétique
Philippe Poggi, Professeur des Universités, Université de Corse et Thierry Gervais, Directeur Commercial et Business Development, Areva Energy Storage
 
Projets de « power-to-gas » pour l’intégration des énergies renouvelables
Günther Schneider, Directeur Stratégie et Développement des marchés, E.ON France
 
L’hydrogène comme carburant – projets démonstrateurs
N.N.*, Total Energies Nouvelles
 
Les transports de demain : exemple de la ville « hydrogène » de Herten
Dr. Babette Nieder, Adjointe au maire pour l’énergie et l’innovation, Ville de Herten
 
Défis et chances de l’hydrogène-énergie au niveau national et local
 
Table ronde : Quelles perspectives économiques pour l’hydrogène dans le mix énergétique de demain ?
Dr. Klaus Bonhoff, Directeur, Organisation nationale de l’hydrogène et des piles à combustible (NOW)
Claude Heller, Directeur de programme R&D, Air Liquide
N.N.*, Daimler
Sylvain Lemelletier, Directeur de projets power-to-gas, GRT gaz
 
Etude sur l’acceptabilité sociale de l’hydrogène
Dr. René Zimmer, Directeur, Cabinet re:member
 
L’hydrogène – une opportunité de développement pour les territoires ?
Jean-François le Grand, Président, Conseil Général de la Manche
 
Discours de clôture
Jean-Claude Perraudin, Conseiller énergie atomique et énergies alternatives, Ambassade de France en Allemagne
 

* sous réserve de confirmation
 
 
Renseignements et inscriptions : Hélène Benveniste, Chargée de Mission Energies au Service pour la Science et la Technologie, helene.benveniste@diplomatie.gouv.fr

 

Source: Portail pour la Science de l'Ambassade de France en Allemagne > Actualités > Energie > Symposium bilatéral franco-allemand :

Repost 0
23 avril 2014 3 23 /04 /avril /2014 14:49

Présenté en avant première à la foire d'Hanovre début Avril, le dernier né de la gamme des réservoirs de type IV de MAHYTEC a été retenu par le consortium de RENESTA pour équiper la station de démonstration en cours d'installation sur le site d'Airbus Defence and Space à Elancourt.  

Jean-Marie Bourgeais d'Airbus Defence and Space et cofondateur de POWIDIAN décrit cette station comme un moyen de rendre autonomes en énergie des équipements de télécommunication grâce à l'hydrogène, produit, stocké et converti localement. Sur cette installation ce sont environ 7kg d'hydrogène qui pourront être stockés dans un ensemble de 3 réservoirs MAHYTEC de 850 litre-eau chacun à 30 bar.
Les réservoirs de MAHYTEC reposent sur la technologie de type IV et permettent d'offrir ici des gros volumes de stockage à des pressions modérées, tout en offrant une masse globalement 3 fois plus faible que l'équivalent des citernes acier traditionnellement utilisées pour ce type de stockage.

En effet, pour des stations autonomes, supprimer l'étage de compression à la sortie de l'électrolyseur et pouvoir assurer sans difficulté des stockages sur de très longues périodes sans surveillance étaient souvent réservés aux solutions par réservoir métallique à 30 ou 40 bars. Avec ses réservoirs de type IV, MAHYTEC veut offrir une alternative dans la même gamme de prix mais plus légère, ce qui permet d'envisager des transports plus simples et des accès à des zones complexes comme par exemple des zones montagneuses, forestières ou désertiques de façon plus souple.  

La première installation sera réalisée dans le courant de l'été sur le site de RENESTA. Elle consistera en un ensemble connecté de 3 réservoirs verticaux permettant une occupation au sol réduite et des purges facilitées. Les réservoirs sont réalisés sur la base d'un liner polymère renforcé par une structure composite réalisée par enroulement filamentaire. Dans la configuration actuelle la structure composite offre une résistance à l'éclatement supérieure à 250 bars, ce qui permet sans difficulté de répondre aux exigences de durée de vie pour des structures travaillant à 30 ou 40 bars, pression des électrolyseurs. Des volumes plus importants ou des pressions d’utilisation de 200 bars ou plus, qui nécessiteraient alors un compresseur, sont cependant possibles pour d’autres structures composites.


* MAHYTEC est une société française de Dole (Jura) créée en  2008  spécialisée dans le stockage d'énergie et la conception et fabrication de systèmes de stockage d'hydrogène pour des applications stationnaires et mobiles. C'est la seule société en Europe développant à la fois des réservoirs d'hydrogène  de stockage solide et des réservoirs de gaz  sous pression à liner polymère renforcé par composites carbone ou verre.


Contact: mathilde.bangoura@mahytec.com

Source: communiqué de presse

Repost 0