Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Erh2-Bretagne

  • ERH2-Bretagne
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents

SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association:
- Veille technologique, économique et réglementaire.
- Etudes technico-économiques.
- Projets de démonstration
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association: - Veille technologique, économique et réglementaire. - Etudes technico-économiques. - Projets de démonstration

Adhésions

Nouveau site internet: 

erh2-bretagne.strikingly.com

 

Demande d'adhésion: ERH2.Bretagne (at) gmail.com

 

Services proposés:

- Conférences, sensibilisation, formation (structures publiques et entreprises)
- Etudes générales et spécifiques sur l'hydrogène et les piles à combustibles
- Aides au montage de projets de stockage d'énergie renouvelable et de véhicules décarbonés
- Veille technologique, économique et règlementaire

 

Evénements

13-14 avril 2016
Fuel Cells Science and Technology 2016
Glasgow, Royaume Uni


25-29 avril 2016
Hannover Messe2016 - Hydrogen and Fuel Cells
Hanovre, Allemagne


29-30 avril 2016
24H de St Jo
Boulogne sur Mer


26-27 mai 2016
23rd FCDIC Fuel Cell Symposium
Tokyo, Japon


     
13-17 juin 2016
World Hydrogen Energy Conference 2016
Palais des Congrès et des Expositions, Saragosse, Espagne


14-17 juin 2016
Advanced Automotive Battery Conference (+ Fuel Cells) (16th aabc)
Detroit, USA


19-22 juin 2016
EVS29 - Electric Vehicle Symposium & Exhibition
Montréal, Québec


29-30 juin 2016
4e édition des Journées Hydrogène dans les Territoires
Grenoble

 

filière hydrogène et piles à combustible française

1) Rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPESCT) de 2014: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Article de ERH2-Bretagne avec les 5 recommandations du rapport:

Résumé ERH2-Bretagne
 

Rapport: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Présentation pdf de l'AFHYPAC au SENAT le 7 novembre 2014
 

 

2) Mobility hydrogène France: Etude nationale sur le déploiement des voitures électriques à hydrogène et de l'infrastructure de recharge associée. (2014)

Présentation de l'étude: 

http://www.afhypac.org/images/documents/h2_mobilit_france_fr_final.pdf

 

3) Les piles à hydrogène une filière d'avenir pour la transition énergétique, Rapport DREAL Rhône Alpes (Nov 2012)

Présentation du rapport: 

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/121030_-_DREAL_Hydrogene_-_Livret_de_promotion_cle149915-1.pdf

 

4) Les acteurs de la filière hydrogène et piles à combustible en région Rhone Alpes:

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Acteurs_H2PAC_nov_2012_cle545381-1.pdf

 

5) Les acteurs de la filière électromobilité hydrogène en région Midi-Pyrénées

Carte interractive: 

https://mapsengine.google.com/map/viewer?mid=zjC-x7q49Xec.kUDirMmLxpaQ

Etude de positionnement de la filière électromobilité H2 en région Pyrénées: 

http://blogs.enstimac.fr/phyrenees/Rapport_Phyre%CC%81ne%CC%81es_VF_HA%20pdf.pdf

Classement Des Articles Par Thématiques

Filière stockage des énergies marines (EMR) et renouvelables (EnR)

1) Etude stockage des énergies marines renouvelables en Bretagne, pour Bretagne Développement Innovation (BDI) dans le cadre du projet européen MEREFIC, par le bureau d'étude Indicta. (présentée le 22 novembre 2014 à la CCI du Morbihan).

Rapport d'étude: 

http://ressources.bdi.fr/telechargements/INDICTA_BDI_Stockage&EMR_Livrable%20final_v1.0%20Merific.pdf

13 janvier 2014 1 13 /01 /janvier /2014 12:16

La transition énergétique de l'Allemagne doit devenir un moteur pour la France et l'Europe


La feuille de route sur la transition énergétique de l'Allemagne a pour Objectif final de réduire de 80 à 95 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050.


En matière de production électrique, la fission nucléaire est passée de 30 % en 2000 à 16 % en 2012, tandis que celle des ENR est passée de 3,2 % en 1991 à 22,9 % en 2012, très nettement au-dessus de l’objectif fixé par la Directive européenne sur l’électricité renouvelable. 
Le prochain objectif Allemand est de passer à 38,6% de la consommation brute d’électricité d’ici 2020. Il sera largement dépassé si on suit les prévisions actuelles ! Selon les prévisions actuelles de 50 %.


Pour l'éolien: 
Prévisions pour 2020: l’éolien devrait produire 25 % de l’électricité consommée en Allemagne. La puissance totale des installations en service a dépassé les 31 GWc en 2013.
Le prix de revient du kWh terrestre est actuellement entre 6,5 et 8,1 centimes d'€ ce qui le rend compétitif sur le marché de gros. 
La réglementation a été adaptée pour inciter ce mode de commercialisation, et se passer ainsi du tarif d’achat.
Une inspiration qu'il faudrait imiter dans notre pays !



Pour le photovoltaïque:
Cette électricité a atteint la parité réseau : alors que les tarifs d’achat étaient de 5 €/Wc en 2006, il était de 1,7 €/Wc début 2013.
Les grandes exploitations photovoltaïques offrent des tarifs d’achat de l’électricité qui se situent entre ceux de l’éolien offshore et ceux de l’éolien terrestre.
Il est ainsi naturel de faire de l'autoconsommation  et ne vendre que le surplus  60 à 70 % de la production), ce qui va également modifier les modèles économiques et techniques : c’est autant d’électricité en moins à transiter sur le réseau.


L’institut Fraunhofer ISE a ainsi produit en 2012 une étude prospective comportant trois scénarios qui se distinguent de la sorte : 
- Remax, surtout basé sur l’augmentation de la production en ENR ; 
- SanierungMax, qui se concentre sur la rénovation des bâtiments ; 
- Medium intermédiaire entre les deux autres. 
Les trois scénarios démontrent que « l’approvisionnement électrique 100 % renouvelable est loin d’être une utopie. L’objectif est au contraire techniquement et financièrement atteignable ». Cette étude a en outre mis en lumière la nécessité de ne pas se 
focaliser sur la seule électricité, mais de repenser le système énergétique dans son ensemble.


Toutefois, au-delà de l’électricité, les besoins énergétiques de l’industrie n’ont pas été abordés par l’étude, pas plus que le domaine des transports.
C'est néanmoins ici que les technologies de l'hydrogène peut intervenir en charnière entre les EnR (stockage d'énergie intermittente) et l'approvisionnement de véhicules électriques de grande autonomie avec de l'hydrogène.


En effet, l’un des problèmes les plus pressants à résoudre est le modèle économique.
Le marché de l’électricité repose sur le principe du coût marginal de production, or pour l’éolien et le solaire, ce coût est proche de zéro. Le marché n’est pas encore adapté aux énergies renouvelables variables et il ne fonctionne plus correctement pour les énergies classiques, parce que les 
quantités d’électricité renouvelable injectées font chuter les prix, allant même jusqu’à générer des prix négatifs. La grande variabilité de la production entraîne en effet un problème d’équilibre du réseau et lors des périodes de pleine production, le prix de vente l’électricité à la bourse s’effondre. 



Une solution: Gérer l’abondance en couplant les réseaux d’électricité et de gaz et ainsi réaliser un véritable réseau énergétique intelligent.


Les périodes de surproduction vont devenir de plus en plus fréquents avec l’augmentation de la puissance installée.

Comment gérer ce surplus ? 


Plutôt qu’un stockage en batteries, l’une des solutions les plus prometteuses à grande échelle est celle de l'hydrogène et/ou de la méthanation (et pas méthanisation!) qui consiste à utiliser cette électricité excédentaire pour produire de l'hydrogène par électrolyse de l’eau  (pas d'émission de CO2) et l’injecter dans le réseau de gaz, la capacité de stockage de ce réseau dépassant largement les besoins pour absorber les surplus de production d’électricité. l’hydrogène peut ensuite être utilisé pour alimenter les piles à combustible générant de l'électricité, par le processus inverse, pour des bâtiments, des industries, des usines, et tout types de véhicules.


Le processus de méthanation s'obtient par une phase supplémentaire (ce qui réduit le rendement de la chaine de stockage d'énergie), l’hydrogène est ensuite, en combinaison avec du dioxyde de carbone (dont l’industrie ne manque pas!), utilisé pour produire du méthane qui sera injecté dans le réseau gazier.


Ce n’est donc pas avec une filière de gaz que l’électricité est couplée, mais deux.


La filière prometteuse de l'hydrogène  nécessitera elle aussi un soutien financier pour décoller et être viable économiquement.


La décision de l’Allemagne d'entrer dans la voie d’une transition énergétique orientée vers les énergies d’origine renouvelable.est une réelle remise en question qui se situe de surcroît à l’échelle d’un des pays les plus industrialisés au monde.

Cette transition énergétique allemande est un important simulateur d’innovations techniques, sociales et législatives qui contraste avec les résistances auxquelles doivent quotidiennement faire face les acteurs des ENR en France, dans un pays encore pétri non pas d'une mais de deux idéologies que sont la fission nucléaire et la centralisation de la production électrique, portées chacune respectivement par les partisans du nucléaire aucunement dangereux et par les conseillers gouvernementaux souvent issus de l'architecture verticale d'EDF.

L'immobilisme de l'état français, de certaine régions françaises et des mastodontes de l'énergie (EDF, GDF-Suez ...) en matière de modèle économique, de décentralisation énergétique, la culture de l'autonomie énergétique (fausse car on importe les combustibles nucléaires), et la propagande d'une électricité peu chère  (sans qu'on y inclu tous les coûts liés à sa production) n’est visiblement pas le meilleur stimulant pour l’innovation, le courage et l'intelligence.

Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 08:57

logo commission européenne fr

 

La Commission européenne a publié le 2 Mai 2013, une communication qui présente les investissements de Recherche publics dans les technologies énergétiques et qui définit une stratégie pour permettre à l'UE de disposer d'un secteur de calibre mondial pour faire face aux défis à l'horizon 2020 et au-delà.

L'évaluation et l'analyse des investissements européens en matière d'énergie RD & D est cruciale pour une meilleure conception des politiques de développement des technologies de recherche sur l'énergie et la préparation et à la commercialisation de technologies spécifiques.

Ce document souligne la nécessité d'accélérer l'innovation dans le domaine des technologies avancées à faible intensité de carbone et solutions innovantes, afin de réduire les coûts rapidement et d'accélérer l'introduction de nouvelles technologies sur le marché. Il souligne aussi l'intérêt de la chaîne de l'innovation dans le cadre du plan stratégique européen pour les technologies énergétiques (plan SET)* et la conception de plans d'action avec les États membres.

L'efficacité énergétique augmente sa visibilité à travers la création d'une structure de coordination dans le cadre du comité de pilotage du plan SET (*) pour la promotion des investissements dans la recherche et l'innovation dans le domaine de l'efficacité énergétique".

C'est ainsi que Günther Oettinger Commissaire à l'énergie, Philippe Lowe Directeur général de la commission européenne pour l'énergie invitent "les États membres et les régions à soutenir la mise en œuvre de la feuille de route intégrée et du plan d'action par les actions suivantes:

- une coordination renforcée de leurs programmes de recherche et d'innovation dans le domaine de l'énergie et utilisation des fonds structurels et d'investissement de l'Union ainsi que du produit des enchères du SEQE-UE;

- une collaboration renforcée dans le cadre d'actions communes et de groupements sur des projets à valeur ajoutée européenne;

- la poursuite de l'intégration du financement institutionnel national et des capacités de recherche nationales dans le cadre de l'alliance européenne de la recherche dans le domaine de l'énergie;

- la mise en place d'un soutien pour un déploiement plus rapide des technologies énergétiques durables sur le marché".

 

Cette analyse a été préparée par Strategic Energy Technologies Système d'information de la Commission (SETIS), plus précisément par l'Institut de l'énergie et des transports de la CCR. Il donne un aperçu des secteurs public et privé RD & D dans le portefeuille SET-Plan de technologies: énergie éolienne, solaire (photovoltaïque et l'énergie solaire concentrée), les réseaux d'électricité, la bioénergie, capture et stockage du carbone (CCS) et la fission nucléaire. L'énergie solaire concentrée, les piles à combustible et les technologies de l'hydrogène ont été partiellement couverte par ce rapport (car seuls des efforts publics sont comptabilisés et ces deux domaines sont des partenariats public-privé).

L'année d'évaluation de la présente analyse est de 2010 en raison du retard de deux ans dans la disponibilité des données pertinentes et des statistiques.

L'objectif principal est d'identifier dans quelle mesure les efforts publics et privés ont été en mesure de satisfaire les besoins de financement du développement technologique dans le plan SET, identifiées en 2009 pour être de l'ordre de 5,2 à 5,4 Millions d'Euros par an. Ce travail n'a toutefois pas à examiner dans quelle mesure les priorités financées par CA correspondent à celles des cartes routières technologiques à l'horizon 2020, comme décrit dans le document SEC (2009) 1295.

La présente évaluation identifie les différentes sources de financement et des cartes des capacités au niveau des États membres européens. Une analyse ultérieure est nécessaire pour évaluer la mesure dans laquelle divers poussée par la technologie et les politiques d'attraction du marché ont été efficaces dans l'induction de la recherche et de l'innovation pour les technologies énergétiques à faible émission de carbone. En outre une analyse plus approfondie visera à identifier les sources de compétitivité pour les grandes entreprises européennes de technologie de l'énergie.

Source: Communiqué en français . Rapport complet en anglais

Site de la commission européenne sur l'énergie et la technologie et l'innovation: (ICI)

 

* Plan SET:

Depuis 2008, l'UE met en œuvre le Plan technologique stratégique pour l'énergie (Plan SET) dans le but de

1) accélérer le développement, le transfert de technologie technologies de l'énergie et vous-prendre;

2) maintenir le leadership industrielle de l'UE sur les technologies énergétiques à faible émission de carbone;

3) favoriser la science pour transformer les technologies d'énergie pour atteindre en 2020 les objectifs sur l'énergie et le changement climatique;

4) contribuer à la transition mondiale vers une économie à faible émission de carbone

(COM (2007) 723 final, COM (2009) 519 final).

La mise en œuvre du plan SET a conduit à la mise en place de programmes de grande envergure, appelée Initiatives industrielles européennes (IIE), qui rassemblent l'industrie, la communauté scientifique, les États membres et la Commission européenne dans des partenariats de partage des risques visant à la rapide développement des technologies clés de l'énergie au niveau européen.

Six technologies ont déjà été identifiées comme les points focaux des premières initiatives industrielles européennes (SEC (2009) 1295):

éolienne, solaire (photovoltaïque et l'énergie solaire concentrée), les réseaux d'électricité, la bioénergie, capture et stockage du carbone, l'entreprise commune hydrogène et piles à combustible et la fission nucléaire.

L'entreprise commune sur Hydrogène et piles à combustible (FCHJU) est également considérée comme faisant partie du plan SET. Elle a été l'une des premières initiatives technologiques conjointes (ITC) de la Commission européenne, établies avant la formation du plan SET et de ses initiatives industrielles.

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 13:07

 

Lancé début décembre par le gouvernement britannique, le Plan Carbone pour "établir un futur décarboné" (The Carbon Plan : Delivering our low carbon future) fait suite aux différents travaux de prospection menés depuis le Climate Change Act approuvé en 2008.

 

L'objectif du Royaume-Uni est d'atteindre 80% de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d'ici 2050 (par rapport à 1990).

En plusieurs étapes, 25 % de réduction (par rapport à 1990) ont été réalisé depuis 2008, ce plan Carbone prévoit une réduction de 29 % pour 2017, de 35 % pour 2022 pour arriver à 50% en 2027.

Ce plan fait l'état des progrès réalisés depuis 2008 et propose une stratégie et une feuille de route pour les 20 prochaines années des efforts à réaliser par secteur.


Quelques points importants du Bilan depuis 1990:
Les énergies renouvelables atteignent désormais 10% de la capacité électrique totale du pays.
Les émissions liées aux habitations (chauffage), ont été réduites de 16%, grâce aux progrès en terme d'isolation des bâtiments.
Les émissions dans le secteur industriel ont été réduites de 46%.
Les émissions liées à l'agriculture ont diminué de 30%, grâce à des méthodes de production plus efficaces.



Objectifs sectoriels pour 2020 :

 

Sécuriser l'approvisionnement énergétique en fermant la plupart des centrales à charbon encore en activité pour les remplacer par des centrales à gaz et des éoliennes offshore.
Déployer les premiers démonstrateurs des technologies nécessaires au-delà de 2020 pour assurer la décarbonisation de l'économie :

- systèmes de capture et stockage du carbone;

- développement des véhicules électriques et à pile à combustible ;

- pompes à chaleur dans les habitations.



Bâtiments :

Isoler tous les bâtiments existants
Bâtiments à haute efficacité énergétique :
(37% des émissions de GES du Royaume-Uni en 2009 sont liées à l'habitat)
Réduire de 24% à 39% les émissions liées à l'habitat d'ici 2027, par rapport à celles de 2009.
Réseaux de chauffage urbain et communautaire, électrification du chauffage,
Maisons et réseaux électriques intelligents.


Transports décarbonés :

(25% des émissions de GES du Royaume-Uni en 2009 sont liées aux transports).

Véhicules à ultra-basses émissions, (objectifs visés : 50-75 gCO2/km).
Réduction de 17% à 28% des émissions de GES (par rapport à 2009).

Industrie :

(25% des émissions de GES du Royaume-Uni en 2009 sont liées à l'industrie).

Accélérer l'utilisation de sources d'énergie propre.

Rendre commercialement viable les technologies de capture et stockage du carbone (CSC).
Réductions de 20% à 24% d'ici 2027 (par rapport à 2009).

Production d'électricité:

(27% des émissions de GES du Royaume-Uni en 2009 sont liées à la production électrique).

Mettre en place un mix énergétique où nucléaire (10-15 GW, voir 30 GW si la construction est suffisamment rapide), renouvelable (35-50 GW), charbon et gaz équipés de CSC (10 GW) permettraient de produire de l'électricité verte à un coût le plus faible possible pour le consommateur.

 

Objectifs sectoriels pour 2050 :
 

 

La transition du pays vers une économie décarbonée au coeur de la stratégie de relance pour assurer la sécurité énergétique du pays sur le long terme.

Pour atteindre l'objectif de 80% en 2050, L'énergie et l'efficacité énergétique devront être un pilier il de toutes les activités économiques.

Tous les produits pétroliers devront être remplacés par l'électricité, des biocarburants et algocarurants durables et de l'hydrogène. Ce qui impliquera les secteurs de l'automobile, des transports, de l'industrie et des usines et des bâtiments.

L'électrification massive de l'économie, devra rendre le réseau intelligent


Les principaux axes comprenant de nombreuses mesures :

Favoriser le développement des énergies renouvelables (éolien, énergies marines),

Encourager l'amélioration de l'isolation et de l'efficacité énergétique des bâtiments (Green Deal)

Soutenir la R&D dans des domaines clefs (réseaux intelligents, CSC, etc)

Favoriser les transports propres (véhicules électriques).



Source : Ambassade de France au Royaume-Uni / ADIT

Repost 0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 08:55

logo-EERA.jpg

 

 

L’EERA (Alliance européenne de la recherche sur l'énergie) a lancé le 3 juin dernier à Madrid quatre programmes de recherche conjoints dans les énergies renouvelables: Le photovoltaïque, l’éolien, les réseaux électriques intelligents et la géothermie.

 

C’est une nouvelle étape franchie par la recherche énergétique européenne !

 

D'autres technologies vertes doivent rapidement être intégrées dans ces programmes: Piles à combustibles, matériaux avancés, solaire à concentration, les villes intelligentes, capture et stockage du carbone, bioénergies.



Seulement 3 ans après l'adoption du plan SET (Technologies énergétiques stratégiques) par la commission européenne,  ces travaux de recherche collaboratifs répondent aux prescriptions formulées par celui-ci, en rassemblant  quinze acteurs majeurs de la recherche énergétique européenne autour de ces programmes, soit 6000 chercheurs (1000 sur le photovoltaïque, 1500 sur l'éolien, 3000 sur la géothermie et 650 sur les réseaux électriques intelligents.

 

Objectif : Accélérer le développement et le déploiement au meilleur coût des technologies à faibles rejets en carbone.

 

 

Phase 1:  Identifier les besoins et les priorités de financement sur la période 2013-2020, et développer des synergies pluridisciplinaires.


 

Source: http://www.eera-set.eu/


Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 10:29

 

Le 18 mai 2010, l'Union européenne a publié le règlement d’application  

(CE) n ° 79/2009 du Parlement européen et du Conseil relatif à la réception des véhicules à moteur fonctionnant à l'hydrogène qui comprend des mesures relatives à la propulsion à l'hydrogène, les composants hydrogène et systèmes hydrogène et pour l'installation de ces composants et systèmes.

 

Le règlement (2009/79) permet aux fabricants de voitures d’homologuer complètement dans toute la communauté européenne  ce type de véhicules fonctionnant à l'hydrogène sur une base de volontariat.

 

Le règlement prévoit également des règles harmonisées sur les réservoirs d'hydrogène, y compris pour l'hydrogène liquide, qui est nécessaire pour faire en sorte que les véhicules à hydrogène puissent être ravitaillés en carburant dans l'UE d'une manière sûre et fiable.

 

Le règlement d'application peut être téléchargé sur le site :

 

http://eur-lex.europa.eu/fr/index.htm (en recherche simple taper le mot: 406/2010)

 

ou à l'adresse:

 

http://eur-lex.europa.eu/Result.do?arg0=406%2F2010&arg1=&arg2=&titre=titre&chlang=fr&RechType=RECH_mot&Submit=Rechercher

 

Référence:

RÈGLEMENT (UE) No 406/2010 DE LA COMMISSION du 26 avril 2010
portant application du règlement (CE) no 79/2009 du Parlement européen et du Conseil concernant la réception par type des véhicules à moteur fonctionnant à l’hydrogène

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 08:36

 


L'objectif global de la politique énergétique européenne est de s'assurer que les consommateurs et les entreprises obtiennent une énergie sûre, sécurisée, durable, à faible émission de carbone et à des prix abordables et compétitifs.

 

Les défis de la sécurité énergétique mondiale et de la géopolitique de l'énergie, la lenteur des progrès dans la lutte contre le changement climatique au niveau mondial, le besoin de retrouver de la croissance et de l'emploi dans l'UE et la nécessité d'investir dans les réseaux énergétiques de demain demandent une nouvelle stratégie énergétique pour continuer à avancer vers ces objectifs.

 

Achever le marché intérieur de l'énergie, réaliser des économies d'énergie et promouvoir l'innovation à faible émission de carbone sont les principaux vecteurs qui nous permettront d'atteindre les objectifs de compétitivité, de durabilité et de sécurité d'approvisionnement dans l'U.E.

 

Un climat d'affaires mondial ouvert et une approche plus cohérente et plus efficace dans les relations énergétiques extérieures de l'UE nous aidera également à atteindre les objectifs de l'UE.

 

La nouvelle Direction générale de l'énergie de l'Union Européenne (Directorate General Energy) a préparé un document de comptes previsionnels comprenant les questions à examiner pour mettre en place de nouvelles mesures sur la période 2011 - 2020.

 

Les soumissions à cette consultation doivent être envoyées avant le 2 Juillet 2010 à l'adresse:

ENER-ACTION-PLAN@ec.europa.eu

 

Plus d'infos sur le site de la DG Energie : http://ec.europa.eu/energy/strategies/consultations/2010_07_02_energy_strategy_en.htm

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 08:24

Le Parlement européen a
adopté le 11 mars 2010 le plan SET (Technologies Energétiques Stratégiques )  par 444 voix pour, 88 contre et 32 abstentions.
Ce plan avait été adopté par le Conseil européen en février 2008.

Objectif:
Renforcer le financement des technologies destinées à réaliser les objectifs de 2020 de réduction de 20 % des émissions de gaz de serre.

En octobre 2009, la Commission avait déclaré vouloir
Investir dans le développement de technologies à faible intensité de carbone et des feuilles de route technologiques 2010-2020 pour son application ont été réalisées.

Progresser vers une économie à faible intensité carbonique suppose de concevoir, de tester et de déployer de nouvelles technologies. Afin que cela se concrétise, l'UE a fixé les orientations politiques au moyen d'un cadre d'action global proposé dans le paquet sur l'énergie et le climat.
Le plan SET en est le pilier technologique. Le secteur privé doit maintenant relever le défi, en ayant l'assurance qu'il sera soutenu par les pouvoirs publics lorsque les risques seront trop élevés, compte tenu de l'importance que revêt le développement d'une économie à faible intensité carbonique.
Il apparaît désormais clairement que les investissements publics et privés dans le développement de technologies énergétiques doivent sans plus attendre être considérablement augmentés. Un apport de financements publics se justifie pleinement pour réaliser les objectifs de politique publique et permettre de surmonter les défaillances du marché. Une intervention communautaire plus ferme pourrait être l'une des manières les plus efficaces de faire progresser le large portefeuille souhaité de technologies.

Le besoin d'investissement public et privé a été estimé dans six initiatives industrielles européennes au cours des 10 prochaines années:
53 milliards d'euros au total pour favoriser ces technologies énergétiques et rester dans la course face au Japon et aux Etats-Unis.

Détails:

- 6 milliards d'euros pour l'énergie éolienne, (250 000 emplois qualifiés)
- 16 Mds pour l'énergie solaire,
(200 000 emplois qualifiés)
- 2 Mds pour les réseaux électriques intelligents,
- 9 Mds d'euros pour la bioénergie,
(200 000 emplois locaux)
- 13 Mds d'euros pour le piégeage et le stockage du carbone (CSC),
- 7 Mds d'euros pour la fission nucléaire à long terme,
- 5 Mds d'euros pour l'initiative technologique conjointe (ITC) sur les piles à combustible et l'hydrogène.

L'initiative technologique conjointe (ITC) concernant les piles à combustibles et l'hydrogène couvre la période allant de 2008 à 2013 et est dotée d'un budget communautaire de 470 millions d'EUR, le secteur de l'industrie devant y apporter une contribution au moins égale.


L'ITC possède la masse critique minimale nécessaire au développement et à la validation de technologies efficaces et à coût compétitif pour les diverses applications. Toutefois, la réalisation des objectifs de l'accès au marché fixés par l'industrie demandera des efforts supplémentaires considérables. Il y aura notamment lieu de mettre en place davantage d'activités de démonstration et de déploiement avant commercialisation à plus grande échelle pour les équipements portables, les installations fixes et les transports.


Des activités de recherche et de développement technologique seront également nécessaires pour mettre sur pied une chaîne des piles à combustible compétitive et une infrastructure durable pour l'hydrogène à travers l'UE. Le montant des financements publics et privés supplémentaires nécessaires est actuellement estimé à 5 milliards d'EUR pour la période 2013-2020.






La commission reconnait toutefois que des ressources publiques et privées supplémentaires seront nécessaires pour son application et qu'il faucra ''créer des conditions et un cadre réglementaire favorables aux partenariats public-privé mais aussi s'assurer que les fabricants d'équipements technologiques puissent solliciter directement des financements au titre du plan SET''.

Source: http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2009:0519:FIN:FR:PDF

Repost 0