Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Erh2-Bretagne

  • ERH2-Bretagne
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents

SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association:
- Veille technologique, économique et réglementaire.
- Etudes technico-économiques.
- Projets de démonstration
  • THEME: L'énergie renouvelable, hydrogène et piles à combustible, réseaux énergétiques intelligents SERVICES Proposés aux membres adhérents de l'association: - Veille technologique, économique et réglementaire. - Etudes technico-économiques. - Projets de démonstration

Adhésions

Nouveau site internet: 

erh2-bretagne.strikingly.com

 

Demande d'adhésion: ERH2.Bretagne (at) gmail.com

 

Services proposés:

- Conférences, sensibilisation, formation (structures publiques et entreprises)
- Etudes générales et spécifiques sur l'hydrogène et les piles à combustibles
- Aides au montage de projets de stockage d'énergie renouvelable et de véhicules décarbonés
- Veille technologique, économique et règlementaire

 

Evénements

13-14 avril 2016
Fuel Cells Science and Technology 2016
Glasgow, Royaume Uni


25-29 avril 2016
Hannover Messe2016 - Hydrogen and Fuel Cells
Hanovre, Allemagne


29-30 avril 2016
24H de St Jo
Boulogne sur Mer


26-27 mai 2016
23rd FCDIC Fuel Cell Symposium
Tokyo, Japon


     
13-17 juin 2016
World Hydrogen Energy Conference 2016
Palais des Congrès et des Expositions, Saragosse, Espagne


14-17 juin 2016
Advanced Automotive Battery Conference (+ Fuel Cells) (16th aabc)
Detroit, USA


19-22 juin 2016
EVS29 - Electric Vehicle Symposium & Exhibition
Montréal, Québec


29-30 juin 2016
4e édition des Journées Hydrogène dans les Territoires
Grenoble

 

filière hydrogène et piles à combustible française

1) Rapport de l'Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPESCT) de 2014: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Article de ERH2-Bretagne avec les 5 recommandations du rapport:

Résumé ERH2-Bretagne
 

Rapport: L'hydrogène; vecteur de la transition énergétique ?

 

Présentation pdf de l'AFHYPAC au SENAT le 7 novembre 2014
 

 

2) Mobility hydrogène France: Etude nationale sur le déploiement des voitures électriques à hydrogène et de l'infrastructure de recharge associée. (2014)

Présentation de l'étude: 

http://www.afhypac.org/images/documents/h2_mobilit_france_fr_final.pdf

 

3) Les piles à hydrogène une filière d'avenir pour la transition énergétique, Rapport DREAL Rhône Alpes (Nov 2012)

Présentation du rapport: 

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/121030_-_DREAL_Hydrogene_-_Livret_de_promotion_cle149915-1.pdf

 

4) Les acteurs de la filière hydrogène et piles à combustible en région Rhone Alpes:

http://www.rhone-alpes.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Fiche_Acteurs_H2PAC_nov_2012_cle545381-1.pdf

 

5) Les acteurs de la filière électromobilité hydrogène en région Midi-Pyrénées

Carte interractive: 

https://mapsengine.google.com/map/viewer?mid=zjC-x7q49Xec.kUDirMmLxpaQ

Etude de positionnement de la filière électromobilité H2 en région Pyrénées: 

http://blogs.enstimac.fr/phyrenees/Rapport_Phyre%CC%81ne%CC%81es_VF_HA%20pdf.pdf

Classement Des Articles Par Thématiques

Filière stockage des énergies marines (EMR) et renouvelables (EnR)

1) Etude stockage des énergies marines renouvelables en Bretagne, pour Bretagne Développement Innovation (BDI) dans le cadre du projet européen MEREFIC, par le bureau d'étude Indicta. (présentée le 22 novembre 2014 à la CCI du Morbihan).

Rapport d'étude: 

http://ressources.bdi.fr/telechargements/INDICTA_BDI_Stockage&EMR_Livrable%20final_v1.0%20Merific.pdf

5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 08:24

Le Mercredi 4 mai 2016 est à graver dans les annales françaises !

 

APPEL A PROJETS " TERRITOIRES HYDROGENE "

 

Ouvert du 4 Mai 2016 au 30 septembre 2016

 

Ségolène Royal, ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat annonce le lancement d'un appel à projets pour le développement de "Territoires Hydrogène" dans le cadre des travaux sur le stockage d'énergie de la Solution « Mobilité Écologique » de la Nouvelle France Industrielle.

 

L'hydrogène est un vecteur énergétique à fort potentiel qui permet de nombreuses applications, par exemple pour le stockage d'énergie sur longue durée en alternative à la batterie ou pour des solutions de mobilités durables avec des véhicules électriques à piles à combustible.

 

Le 12 février 2015, sous l'impulsion des acteurs de la Nouvelle France Industrielle, Ségolène Royal a confié aux Conseils généraux de l'économie et de l'environnement - développement durable une mission relative à la filière hydrogène énergie. Ce rapport est publié aujourd'hui et vise à proposer des mesures concrètes propres à lever les freins de son développement. Cette mission a dressé 20 recommandations pour développer la filière dont plusieurs font déjà l'objet d'applications concrètes.

 

Consulter le rapport: http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/010177-01_rapport_cle2be959.pdf

 

Parmi les recommandations, la mission proposait le lancement d'un appel à projets pour développer une économie de l'hydrogène à l'échelle d'un territoire.

C'est l'objet du présent appel à projets qui servira à montrer qu'un territoire, dès lors qu'il utilise une source d'hydrogène décarbonnée pour satisfaire plusieurs utilisations, peut générer un développement économique rentable et écologique.

 

Les projets attendus seront des projets intégrés qui intègrent une chaîne complète de production, conditionnement, distribution et valorisation d'hydrogène dans des applications finales. Ils pourront servir à différents usages : électro-mobilité, alimentation embarquée, alimentation autonome, lissage des énergies intermittentes, secours électriques, cogénérations, injection dans le réseau de gaz, usage industriel…

Différentes typologies de territoires seront retenues pour valider des modèles économiques et énergétiques variés : urbain, rural, zones d'activités, ports et aéroports, territoires insulaires.

 

Cet appel à projets fonctionnera comme un guichet unique vers les différents dispositifs d'aide existants (européens, nationaux, locaux), faisant bénéficier aux lauréats d'un comité de suivi dédié regroupant l'ensemble des financeurs publics (Programme des investissements d'avenir, ADEME, BPI France, Caisse des Dépôts et Consignations, représentants régionaux,…) afin d'accélérer le montage et le financement des projets ; il pourra être complété par de nouveaux dispositifs de soutien le cas échéant. Les candidats devront remettre leur dossier avant le 30 septembre 2016.

 

Consulter le cahier des charges: http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/AAP-territoires-hydrogene.pdf

 

Les principales conclusions du rapport sur la Filière Hydrogène-énergie:

Le vecteur hydrogène énergie doit être considéré comme un instrument au service de la transition énergétique. C'est un vecteur flexible, utilisable pour des applications diverses (mobilité, résidentiel, stockage d'énergie), et potentiellement décarboné.

La filière hydrogène se développe notamment au Japon, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée. En France, des infrastructures adaptées à des besoins de niche (par exemple pour des flottes automobiles captives comme celles de La Poste) sont actuellement développées de manière dispersée, et quelques petites entreprises performantes sont apparues à côté de quelques grands acteurs liés à la chimie et l'automobile.

Longtemps perçue comme une technologie pour le long terme, la filière hydrogène énergie connaît un regain d'intérêt qui se manifeste par un nombre croissant de démonstrateurs, de prototypes, et de nouveaux produits.

Le développement de la filière hydrogène est un pari sur l'avenir. Mais les enjeux pour l'industrie française sont très importants et cette filière doit être encouragée.

 

La mobilité apparaît comme le secteur le plus prometteur, et le plus concurrentiel. Le véhicule électrique à hydrogène bénéficie, outre d'une autonomie accrue, d'une grande rapidité de recharge par rapport au véhicule électrique à batteries. Son coût, encore très élevé, devrait baisser avec l'augmentation du nombre de ventes. Quelques véhicules sont déjà commercialisés avec un positionnement haut de gamme. L'approvisionnement en hydrogène du consommateur final par déploiement de stations de distribution sera néanmoins crucial.

 

D'autres applications apparaissent par ailleurs : le stockage de l'hydrogène peut assurer une régulation de l'intermittence liée à la plupart des énergies renouvelables et l'injection d'hydrogène produit par de l'électricité excédentaire dans le réseau de gaz est un débouché potentiellement important.

La mission considère que l'hydrogène-énergie pourrait se développer de manière visible à l'horizon 2025-2030, et recommande une aide dès à présent à la structuration de la filière avec notamment l'établissement d'une feuille de route précise, une gouvernance adaptée et un soutien du Programme des Investissements d'Avenir.

Une filière industrielle française de fabrication des briques technologiques propres à l'hydrogène-énergie* doit être organisée : soutien des technologies de rupture, réduction des coûts et sécurisation des technologies les plus mûres.


* : Par exemple électrolyseur, pile à combustible, réservoir, gestion intégrée de systèmes

 

Source: communiqué de presse: http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/2016-05-04_-_Appel_a_projets_Territoires_Hydrogene-2.pdf

Repost 0
10 novembre 2014 1 10 /11 /novembre /2014 15:49

Presentation (en pdf) de l'AFHYPAC (association regroupant toute la filière nationale hydrogène et piles à combustible) au Senat le 7 nov 2014: 

 

L'hydrogène vecteur de la transition énergétique

Repost 0
23 mars 2014 7 23 /03 /mars /2014 13:46

La stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2014-2020

La Stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2014-2020 (SNTEDD) qui succède à la Stratégie nationale de développement durable 2010-2013, est en cours d’élaboration. Elle propose, pour les six années à venir, des orientations et des priorités pour répondre aux grands enjeux environnementaux (changement climatique, perte de biodiversité, rareté des ressources, risques sanitaires environnementaux) et à leurs conséquences économiques et sociales. Des indicateurs de suivi pour mesurer l’ambition et l’impact des actions et politiques menées en faveur de la transition écologique, seront adossés à la SNTEDD. Les travaux de définition de ces indicateurs sont également en cours.

Cette stratégie interroge nos façons de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble et c’est pour cela que le ministère souhaite recueillir votre avis. Votre avis viendra nourrir le projet.

La consultation est ouverte du 20 mars au 20 avril 2014.

Envoyez-nous vos contributions sur le document ouvert à consultation soit en répondant sur cette plateforme soit directement à sntedd@developpement-durable.gouv.fr.

Vous trouverez également ci-dessous quelques questions pour faciliter votre réflexion.

  • Selon vous, parmi les 9 axes, lequel vous parait le plus prioritaire pour accélérer la transition écologique de notre pays ? et pourquoi ?
  • Quels sont les facteurs de réussite de la transition écologique ?
  • Comment pourriez-vous vous engager dans le cadre de la SNTEDD et inciter à agir en faveur de la transition écologique ?
  • A la lecture de l’avant-projet, quels sont les trois mots qui définiraient le mieux selon vous la SNTEDD ?
  • Répondez-vous à titre individuel ou au titre d’une organisation (préciser laquelle) ?

Télécharger l’avant-projet de stratégie nationale de transition écologique vers un développement durable 2014-2020 (format pdf - 1.9 Mo)

L'hydrogène et les piles à combustible sont mentionnés page 27 notamment (axe 2 , priorité 7, les réseaux de transport d'électricité: 1) le développement des réseaux intelligents et 2) l'augmentation des capacités de  stockage de l'électricité, que ce soit  par des solutions éprouvées (stations  de transfert d'eau par pompage) ou  émergentes (hydrogène et piles à  combustible notamment). 


Source: http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/la-strategie-nationale-de-a354.html

Repost 0
24 février 2014 1 24 /02 /février /2014 11:36

Le couple franco-allemand s’était déjà illustré comme un moteur en matière de transition énergétique, le Chef de l’Etat français ayant d’ailleurs appelé de ses vœux, lors d’une conférence de presse du 14 janvier, au développement en commun, à l’image d’Airbus, des « filières industrielles de la transition énergétique ».

Le 22 Janvier 2014, la Commission européenne a proposé des objectifs énergétiques et climatiques à relever d'ici 2030. Les objectifs envoyer un signal fort au marché, encourager l'investissement privé dans de nouveaux gazoducs et réseaux électriques ou des technologies à faible émission de carbone.
Les objectifs doivent être atteints si l'UE veut tenir sa promesse de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 80-95% d'ici 2050 .


Les deux pays ont, le 19 février dernier, détaillé leur vision commune du paquet climat énergie pour 2030, exprimant le souhait d’ "un cadre ambitieux pour l'énergie et le climat à l'horizon 2030" afin de "garantir une énergie à des prix abordables, la compétitivité industrielle, la sécurité des approvisionnements et la réalisation de nos objectifs en matière de climat et d'environnement".

1) Qu’est ce que le cadre énergie-climat ?

 

La communication de la Commission le 22 janvier 2014 intitulée « Un cadre d'action en matière de climat et d’énergie pour la période comprise entre 2020 et 2030 » dans le cadre d’un paquet « énergie-climat » contenant différents textes:

Etude d'impact sur la politique énergétique et climatique à l'horizon 2030,

communication sur les prix et coûts de l'énergie en Europe,

rapport complet sur les prix et coûts de l'énergie,

rapport économique en matière d'énergie,

orientations pour les États membres relatives aux interventions de l'État dans les marchés de l'électricité

La Commission y a proposé un certain nombre d’objectifs, visant à envoyer un signal fort au marché et à encourager les investissements privés dans de nouveaux gazoducs et réseaux électriques ou des technologies à faible émission de carbone.


Les piliers du nouveau cadre de l’UE en matière de climat et d’énergie pour 2030:


- la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 40 % par rapport au niveau de 1990
- un objectif contraignant pour l'ensemble de l'Union concernant la part des énergies renouvelables, qui est portée à au moins 27 %, 
-de nouvelles ambitions pour les politiques en matière d’efficacité énergétique,
- un nouveau système de gouvernance
-une série de nouveaux indicateurs pour garantir un système énergétique compétitif et sûr:

Etayé par une analyse détaillée des prix et des coûts de l’énergie, le cadre pour 2030 doit permettre de garantir la sécurité juridique aux investisseurs et une approche coordonnée entre les États membres, conduisant ainsi à la mise au point de nouvelles technologies

Si les deux partenaires reprennent les objectifs de la Commission, concernant la réduction des émissions de GES et les 27% d'énergies renouvelables dans la consommation d'énergie européenne en 2030, la réalisation de ce dernier objectif ne devra pas, selon eux, se voir décliné en objectifs nationaux, comme ce fut le cas avec le paquet énergie climat de 2008. Les deux partenaires se sont également prononcés en faveur du rapprochement des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables dans l’Union afin d'améliorer leur efficacité sur le plan économique. Concernant l’efficacité énergétique, ils ont insisté sur la nécessité de mobiliser des investissements privés et se sont félicité « de la proposition de la Commission de consacrer des fonds européens comme les fonds structurels et des institutions comme la BEI pour élaborer un plan d'investissement en matière d'efficacité énergétique".


En matière de politique industrielle, le couple franco-allemand appelle à l’adoption par le Conseil européen "d'un Pacte industriel fondé sur la mobilisation et l'adaptation en faveur de l'industrie de toutes les politiques pertinentes", dont celle de l'énergie, et prône la simplification de l’encadrement des aides d'Etat.



2) Trois thématiques prioritaires ont été définies :

 

- les réseaux de transport d'électricité (possibilités de coopération entre gestionnaires français et allemands pour renforcer le marché unique),

 

- le stockage de l'électricité (mise en place d’un plan scientifique et technologique franco-allemand pour la recherche d’ici juillet 2014)

 

- le développement des technologies hydrogène et solaire (mise en place d'un partenariat franco-allemand)

 

Les institutions financières des deux pays devraient proposer des instruments de financement de la transition d’ici l’été 

Repost 0
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 18:56

Voici enfin le rapport parlementaire intitulé:

" l' hydrogène: vecteur de la transition énergétique ?"

Rapport réalisé pour l'OPECST (Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) par le député de Moselle, Laurent Kalinowski, et le sénateur du Tarn, Jean Marc Pastor , également président de l'association hydrogène PHYRENEES.

Avec la participation de Bruno Mansuy président de ERH2-Bretagne

Repost 0
22 janvier 2014 3 22 /01 /janvier /2014 11:44

Lundi 20 Janvier le ministre du Redressement productif Arnaud Montebour a annoncé lors d'une visite au siège de la société de tri et d'énergies renouvelables Trifyl à LABESSIERE-CANDEIL, dans le Tarn, qu'une feuille de route pour développer les piles à combustible, qui pourraient à terme alimenter en hydrogène les voitures et les bus, sera publiée dans les prochaines semaines.


Le gouvernement français s'est engagé à développer massivement les énergies renouvelables afin de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, en réduisant notamment le recours aux carburants polluants.

"La feuille de route sur le développement de l'hydrogène en France sera rendue publique dans deux à trois semaines", a déclaré Arnaud Montebourg.

"La réglementation n'est pas la bonne, et nous devons vérifier le système des prix", a-t-il ajouté, promettant la création d'une société qui rassemblera les acteurs du secteur "pour qu'ils investissent ensemble".

Arnaud Montebourg a reçu au cours de cette visite un rapport parlementaire sur l'énergie hydrogène pour l'OPECST (Office Parlementaire d'Evaluation des Choix Scientifiques et Technologiques) réalisé par le député de Moselle, Laurent Kalinowski, et le sénateur du Tarn, Jean Marc Pastor, également président de l'association hydrogène PHYRENEES (dont ERH2-Bretagne est en adhésion croisée), selon lequel la France accuse dix ans de retard dans le secteur commercial. Néanmoins la recherche française dans le domaine est de haut niveau mondial.

"Il faut une position politique du gouvernement, comme pour le nucléaire à l'époque. Comme l'ont déjà fait pour l'hydrogène le Japon, la Corée et l'Allemagne en 2004", selon le sénateur Pastor.


Le rapport parlementaire préconise de modifier les règles qui encadrent les seuils de stockage de l'hydrogène, et d'aller vers une réglementation commune des gaz énergétiques, comme le pratiquent déjà d'autres pays. Il estime que la France pourrait se remettre à niveau en "trois ou quatre ans" si l'Etat met en place ces mesures.

La technologie hydrogène et pile à combustible pourrait également répondre au problème du stockage de l'énergie, rendu incontournable par le développement des énergies renouvelables intermittentes. L'électrolyse de l'eau à l'aide de ces EnR lors des pics de production et de basse consommation permettra un stockage de masse d'hydrogène, puis par une transformation inverse de l'électrolyse, à travers une pile à combustible, reproduire de l'électricité en période de creux de production et de pics de consommation. Cet hydrogène pourra aussi être employé dans des véhicules électriques avec piles à combustible, pour l'industrie chimique et dans le réseau de gaz naturel.

De nombreux constructeurs automobiles, exposés à des normes d'émissions plus strictes, se sont lancés via des alliances dans le développement des piles à combustible pour réduire les coûts de recherche.

Hyundai, Daimler, Ford, Nissan et Honda ont annoncé il y a un an une alliance visant à commercialiser dès 2015 des voitures équipées de piles à combustible. Air Liquide vient de receptionner 2 Hyundaï en Janvier.

BMW, Toyota et Général Motors ont annoncé développer des véhicules utilisant cette technologie d'ici 2020.

Les constructeurs automobiles français Renault et PSA sont pour le moment absent de cette course au véhicule électrique hydrogène (malgré de nombreux prototypes de part et d'autre, dont la 307 fisypac) parce qu’ils se sont respectivement concentrés sur l'électrique avec batteries et l'hybride diesel. Mais des géants français comme Air Liquide, GDF Suez, Areva ou Total œuvrent à l’émergence de l’hydrogène. Une start-up, McPhy Energy, a également mis au point une solution de stockage d’hydrogène sous forme solide. Air Liquide, à travers sa filiale Hypulsion commercialise déjà des chariots élévateurs électriques hydrogène

Repost 0
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 09:21

(AMI) Stockage et Conversion de l'Énergie

L’objectif de cet appel à manifestations d’intérêt (AMI) est d’accompagner le développement de projets dans le domaine du stockage de l’énergie et de la conversion de vecteurs énergétiques afin de valoriser les énergies renouvelables fluctuantes et de garantir la stabilité du réseau.

La date limite de dépôt des dossiers est le 28 janvier 2015. Une clôture intermédiaire sera effectuée le 31 mars 2014.

L’AMI est ouvert aux projets de briques technologiques et démonstrateurs dédiés aux deux thématiques suivantes :

Thématique 1 : Le stockage d’énergie

- Stockage de chaleur (pour des usages industriels, commerciaux ou urbains)

- Stockage réversible de l’électricité (dans des cycles charge-décharge électriques)

Dans cet axe thématique, toutes les technologies de stockage peuvent être présentées. Les projets devront permettre d’améliorer les rendements, de minimiser les impacts environnementaux et surtout de réduire les délais et coûts de réalisation. L’AMI cible en particulier des projets dont le consortium intègre un acteur en capacité de valoriser pour son propre compte le système de stockage faisant l’objet de la démonstration.

Thématique 2 : La conversion de l’électricité renouvelable en hydrogène

- La production d’hydrogène et sa conversion en électricité pour des applications d’électro-mobilité et embarquées et des usages non connectés ou de secours

Les projets attendus sont des projets intégrés, c'est-à-dire abordant la chaîne complète : production, conditionnement, distribution et valorisation d’hydrogène dans des applications finales.

- La production d’hydrogène et sa réaction avec du CO2 pour la synthèse de produits chimiques, matériaux inertes, produits à forte valeur ajoutée ou à valeur énergétique

Les projets démonstrateurs de recherche visés consistent à faire la démonstration de la faisabilité technique, économique et du bénéfice énergétique et environnemental des voies de valorisation de CO2.

ADEME:

Contact: Raphaël GERSON, Chef de Projets Énergies Décarbonées

ami.stockage@ademe.fr

Pour en savoir plus:

http://www2.ademe.fr/servlet/getBin?name=428DFA66D15AEA4687FB6AEAEF79145E_tomcatlocal1387207596120.pdf

Repost 0
13 juin 2013 4 13 /06 /juin /2013 10:37


L'étude parlementaire commandée par l'Office parlementaire des choix scientifiques et technologiques (Opecst) a été lancée en octobre 2012. Cette étude vise à analyser le potentiel des technologies de l'hydrogène comme "vecteur énergétique" et dessiner les contours d'une filière structurée en France.

La question principale posée est:

Dans quelles mesures l'hydrogène (H2) peut-il contribuer au mix énergétique français "de demain" en plein débat national sur la transition énergétique ?

Le sénateur Jean-Marc Pastor et le député de Moselle Laurent Kalinowski ont souhaité présenter le 4 juin 2013, avant la fin du débat national sur la transition énergétique, un rapport d'étape qui fait le point sur:

- Les applications possibles de cette technologie

- Une évaluation des atouts et faiblesses

- Des premières recommandations pour soutenir la filière industrielle nationale.

 

Le rapport final sera rendu à l'automne 2013

 

Le 31 mai 2013la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'énergie, Delphine Batho, a visité la plateforme MYRTE de stockage hydrogène de l'énergie photovoltaïque. Selon l'université de Corte, la ministre a affirmé "Je souhaite modifier la règlementation française afin de développer l'hydrogène énergie et les usages qui y sont associés". Le lendemain, elle était en Allemagne à Berlin pour la visite de la station-service TOTAL à hydrogène et a rencontré Peter Altmaier le ministre fédéral de l'environnement.

 

1) Les applications possibles:

 

Actuellement, l'hydrogène est en majeure partie utilisé dans l'industrie du raffinage du pétrole et de la pétrochimie (production d'ammoniac principalement), son utilisation, sous forme gazeuse, en tant que vecteur énergétique suscite l'intérêt croissant d'industriels pour sa capacité à transporter et stocker l'énergie.

 

- Stockage des énergies renouvelables intermittentes

- Prolonger l'autonomie des véhicules électriques jusqu'à 500 à 800 km

- Alimenter les véhicules électriques et particulièrement les chariots élévateurs

- Alimenter les petits équipements de téléphonie mobile (téléphones portables)

- Augmenter le rendement des unités de cogénération électricité chaleur à partir de gaz naturel ou de biogaz.

- Utiliser son fort pouvoir calorifique directement comme combustible (véhicules, cogénération, injection dans le réseau gazier).

 

2) Atouts et faiblesses:

 Coûts de la production d'hydrogène:

Aujourd'hui, la méthode la plus rentable de production d'hydrogène utilisée par la plupart des industriels est le vaporeformage du gaz naturel (qui produit beaucoup de CO2) et plus rarement par électrolyse de l'eau qui présente pourtant "l'avantage décisif de l'absence d'émission de gaz à effet de serre".

 

Le vaporeformage du gaz naturel:

- Coût attractif autour de 2 €/kg d'hydrogène

- Emissions de CO2: 10 kg de CO2 / kg d'hydrogène produit.

 

L'électrolyse de l'eau :

- Coût de l'ordre de 5 à 10 €/kg d'hydrogène (Remarque de ERH2-Bretagne: ce montant est élevé car on prend en compte le coût de l'électricité achetée sur le réseau, néanmoins, à partir d'énergie renouvelable autoconsommée, le coût est nettement inférieur)

- Emissions de CO2: 0 kg

 

Néanmoins l'hydrogène présente un inconvénient en tant que vecteur d'énergie car il nécessitera des volumes pour le stocker et il est coûteux à transporter. Il être compressé ou liquéfié pour son stockage et son transport, ce qui est plus difficile et plus coûteux que le stockage et le transport des hydrocarbures liquides ou gazeux".

 

La technologie est mature mais c'est surtout leur coût qui déterminera son développement sur un marché donné.

 

3) Premières recommandations pour soutenir la filière industrielle nationale

 

La France est très en retard sur ces applications, néanmoins elle dispose d'un extraordinaire potentiel scientifique et industriel dans le domaine de l'hydrogène énergie. En effet, dans les années 2000, l'ANR et le CEA notamment,  ont poussé les travaux de recherche et de développement et des programmes très intéressants ont été développés et ont même conduit dans certains cas à la création de startup qui sont maintenant bien placées à l'international.

Mais ce travail n'a pas été suivi d'un accompagnement législatif et réglementaire et "tant que nous aurons une législation qui interdira d'avoir un réseau de bornes d'hydrogène, pourquoi voulez-vous que les constructeurs de voitures se lancent dans cette technologie ?", souligne M. Pastor.

En effet actuellement l'hydrogène n'est plus une priorité des deux constructeurs automobiles nationaux (PSA et Renault) qui ne misent pas sur le marché du véhicule à pile à combustible contrairement aux constructeurs japonais Honda ou Toyota ou coréen comme Hyundai ou encore l'Allemand Mercedes Benz.

 

Les atouts de la France:


- De nombreux brevets déposés sur des technologies telles que l'électrolyse, la pile à combustible ou encore le stockage d'hydrogène sous forme solide.

- De grands acteurs industriels tels que Air Liquide et Total, les leaders mondiaux de l'hydrogène industriel, mais aussi GDF Suez, Helion (filiale d'Areva) ou encore Michelin se sont positionnés sur ce marché.

- Une multitude de PME performantes dans leur domaine comme SymbioFCEL, Mc Phy Energy, Soprano, Ceram Hyd, CETH2…

- Un regroupement au sein d'une association nationale de l'hydrogène et des piles à combustible (AFHYPAC).

 

Le marché de la filière est passé d'un chiffre d'affaires de 136.000 euros en 2009 à 4,8 millions d'euros en 2011 ( Commissariat général au développement durable - février 2013).

 

Des projets dans les territoires en partenariat avec les collectivités locales:

Dans les Pays de Loire pour des applications dans le transport fluvial, en Corse pour le stockage de l'énergie photovoltaïque ou encore en Midi-Pyrénées pour le reformage de biogaz issu des déchets ménagers, ne sont que des exemples.

 

Comment structurer la filière industrielle au niveau national ?

 

- Pour être durable et économiquement compétitive, la production d'hydrogène devra s'effectuer principalement de façon décentralisée dans les territoires au plus près des besoins.

- Une nouvelle gouvernance décentralisée de l'énergie est l'un des volets indispensables au développement de la filière.

- Associer localement les moyens de stockage de l'énergie et les EnR variables permettra de réduire de façon très sensible l'impact de ces dernières sur le réseau électrique, et donc les besoins d'adaptation de celui-ci.

- L'hydrogène est aussi en cohérence avec le domaine des réseaux intelligents" (smart grid).

- Une implication "très claire" de l'Etat avec une réglementation adaptée (les parlementaires appellent l'Etat à suivre les politiques volontaristes menées au Japon depuis 2004 et en Allemagne depuis 2005 pour développer la filière hydrogène énergie et faire face à la montée en puissance des énergies renouvelables intermittentes et à l'arrêt de la production d'électricité d'origine nucléaire).

 

Ce qui se fait ailleurs:

Le Japon et l'Allemagne ont lancé un plan sur 10 ans reposant sur trois piliers :

- Un engagement fort du gouvernement en faveur du vecteur hydrogène

- L'élaboration d'un programme de 10 ans avec des objectifs précis

- La mise en place d'une structure coordinatrice entre acteurs privés et publics travaillant sur le programme et un schéma de financement

L'Allemagne et le Japon ont ainsi signé des protocoles d'accord avec les constructeurs automobiles et prévoient d'ici fin 2015, la construction, respectivement, de 50 et 100 stations à hydrogène.

 

Les obstacles réglementaires à lever:

 

Les parlementaires appellent l'Etat à adapter la réglementation à celle liée à la gestion du gaz naturel comme en Allemagne et au Japon.

En effet, pour équiper un entrepôt d'un chariot élévateur à hydrogène, on demande à l'industriel d'appliquer les règles comparables à celles conçues pour les installations de production d'hydrogène.

 

Côté investissements : l'Allemagne a notamment débloqué 1,4 milliards d'euros sur 10 ans dont la moitié issue de l'Etat. Un budget qui reste conséquent en période de crise

 

 

Le rapport définitif sera remis à l'automne 2013 avant les débats parlementaires début 2014 sur le projet de loi de programmation pour la transition énergétique. "Ce rapport doit provoquer une réaction du gouvernement et être suivi d'un texte de loi afin de mettre en œuvre un programme de développement de la filière" d'ici l'automne 2014, espère M. Pastor.

 

Rapport d'étape: http://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20130527/opecst.html#toc4

AFHYPAC (filière nationale): http://www.afhypac.org

Repost 0
21 août 2011 7 21 /08 /août /2011 09:37

 

L’hydrogène peut être utilisé dans de nombreuses applications en raison de son fort potentiel énergétique : il peut être converti en électricité, en chaleur ou en force motrice selon l’usage final. On parle d’« hydrogène énergie », objet de cette feuille de route qui évoque aussi les piles à combustible. Ces convertisseurs électrochimiques produisent électricité et chaleur pour des applications allant de l’électronique embarquée aux installations stationnaires industrielles (d’une puissance allant du watt au mégawatt), l’un des combustibles potentiels étant l’hydrogène. Les filières hydrogène énergie et piles à combustible, complémentaires, peuvent néanmoins se développer indépendamment l’une de l’autre.

 

Quatre scénarios d’ici à 2050:

 

Le groupe d’experts réunis par l’ADEME dans le cadre de cette feuille de route propose quatre visions ou scénarios extrêmes pour la filière hydrogène énergie et piles à combustible d’ici à 2050. Chacun se traduit par des infrastructures spécifiques, des interactions avec les autres filières énergétiques et des enjeux socio-économiques différents.

 

Deux scénarios privilégient les usages industriels et la cogénération. L’un suppose une production massive et centralisée « d’hydrogène bas carbone », autrement dit dont les émissions de gaz à effet de serre sont réduites voire nulles1 grâce à des avancées technologiques concernant notamment l’électrolyse et le captage, le stockage et la valorisation du CO2 (CSCV). L’autre scénario privilégie une production d’hydrogène décentralisée, à partir des seules sources d’origine renouvelable (électricité renouvelable, biomasse, biogaz). Il conduit à un profond changement des stratégies d’approvisionnement des industriels et à la création de capacités de stockage près des sites de production ou de consommation.

 

Les deux autres scénarios privilégient des usages diffus tels que les transports, la micro et la moyenne cogénération, les objets nomades, les générateurs de secours, les groupes auxiliaires. Cette omniprésence de l’hydrogène dans la vie quotidienne nécessite une large adhésion de la société. L’un des scénarios envisage d’alimenter ces usages à partir d’une production massive d’hydrogène bas carbone dans le cadre de réseaux nationaux : le transport et la distribution de l’hydrogène s’opèrent via le réseau de gaz naturel (sous forme d’Hythane), des hydrogénoducs (canalisations dédiées au transport d’hydrogène), des moyens de transport routiers, ferroviaires ou fluviaux ainsi que des stations-service. L’autre scénario propose la mise en place d’une économie locale de l’hydrogène sur tout le territoire français grâce à une production décentralisée, proche des lieux d’utilisation, associée à des microréseaux de distribution urbains ou départementaux, aux boucles locales de gaz naturel, à des stations-service, à des moyens de production installés chez les particuliers et à des unités de stockage réparties un peu partout. Il nécessite une forte volonté politique et une appropriation des questions énergétiques au niveau local.

 

 

 

 

 

Conditions d'un déploiement des filières hydrogène et piles à combustible:

 

Les principaux verrous technico-économiques résident dans l’intégration des composants en systèmes et la mise au point de produits industrialisables à coûts maîtrisés: dans le domaine des piles, la levée de ces verrous passe tout particulièrement par l’optimisation de leur durabilité au regard des matériaux et de leur coût de fabrication. Une compréhension partagée des risques liés aux usages de l’hydrogène favorisera par ailleurs la définition d’un cadre réglementaire adapté et l’acceptabilité sociétale de ces nouvelles technologies. Le déploiement d’une filière hydrogène nécessite enfin des investissements relativement lourds, tant pour la production, la distribution que le stockage de l’hydrogène : ceux-ci supposent un engagement d’acteurs industriels et une maîtrise du risque économique par le soutien des pouvoirs publics.

 

Les experts ont identifié quatre axes stratégiques de développement à moyen terme (2020), autant d’avancées technologiques qui conditionneront le déploiement de ces filières d’ici à 2050 :

 

• le premier axe concerne les synergies entre le vecteur hydrogène et les énergies renouvelables, ou comment l’hydrogène énergie peut ouvrir de nouvelles voies de valorisation aux énergies renouvelables ;

 

• le deuxième vise l’intégration de ces technologies à la chaîne de traction électrique pour les usages mobiles, les piles et l’hydrogène permettant d’accroître l’autonomie et de diminuer le temps de recharge des véhicules électriques ;

 

• les applications au service de la ville durable dans les éco- quartiers et les réseaux énergétiques intelligents constituent le troisième axe stratégique ;

 

• le quatrième concerne enfin la conquête de marchés internationaux pour les applications précoces telles le secours électrique et la mobilité hors route.

 

 

En découlent des priorités de recherche et des besoins de démonstrateurs de recherche et préindustriels stratégiques. Ils concernent notamment :

 

• l’ensemble des procédés de production d’hydrogène,

• les technologies de piles à combustible PEMFC2,

• la micro-cogénération et la moyenne cogénération SOFC3,

• les moyens de stockage embarqué dans les transports,

• la faisabilité des réseaux énergétiques intelligents et l’injection d’hydrogène dans le réseau de gaz naturel

• les modèles et scénarios économiques, d’une part pour la production et la valorisation d’hydrogène renouvelable, d’autre part pour le déploiement d’une infrastructure française pour l’automobile,

• les mécanismes de soutien à ces filières.

 

La phase de démonstration s’avère tout particulièrement stratégique pour ces technologies : elle permettra de tester leur faisabilité et leurs potentialités en conditions d’usage, préalable nécessaire à leur déploiement futur.

 

 

Annotations:

1 - L’hydrogène bas carbone est produit à partir d’électricité d’origine nucléaire, de sources d’énergies renouvelables ou par vaporeformage associé à une unité de CSCV.

2 - PEMFC : Proton Exchange Membrane Fuel Cell

3 - SOFC : Solid Oxide Fuel Cell

 

 

Source : ADEME

 

Lien vers la feuille de route française hydrogène et piles à combustible 2011 - 2020 - 2050 :

http://www2.ademe.fr/servlet/getBin?name=E1B29F93FEDFABF4FFABB6B113E1EC26_tomcatlocal1304520028693.pdf

Repost 0
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 17:20


L’étude « filières » réalisée par le CGDD (Commissariat Général du Développement Durable) (juillet-octobre 2009) a réalisé:


• un état des lieux : forces et les faiblesses de 17 filières stratégiques de la croissance verte, propositions de priorités


• un document pour engager la concertation

 

ERH2-Bretagne a participé à la consultation et nous avons préconisé avec l'AFH2 (association française de l'hydrogène) une filière hydrogène et piles à combustible forte notamment pour les véhicules électriques.

 

Certaines filières sont plus fortement liées à des enjeux précis (énergie et climat, sobriété et usage de ressources, …). Un potentiel de développement important au niveau mondial, des défis technologiques spécifiques, une concurrence très forte et des positions encore ouvertes.

 

Des suggestions et recommandations pour

• la prise en compte complémentaires de certaines filières (hydrogène/pile à combustible, solaire à concentration…)

• une attention plus forte pour certaines sous-filières ou segments (méthanisation, bois, smart metering…)

• un élargissement de certaines approches (valorisation du CO2, déchets, chimie, …)

 

 

Syndicats professionnels consultés:

 

Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA)

SERCE

FNPC

AGPB/AGPM

Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France (AAMF)

Syndicat Eclairage

Association française de l’hydrogène

Solaire en Nord

Durapole

Xylofutur

Les Chanvriers De l'Est

FNP Chanvre

ERH2-Bretagne

Eolien Responsable 53

SER

 

Organisme de Recherche, universités consultées:

 

CEA

LRPC Aix en Provence

DGA

Dafco Aix Marseille

Agro Paris Tech

CNRS-IMN

IFP

Ifremer

Université Toulouse

INSA

 

Source : synthèse OpinionWay, février 2010



Document de la consultation:


http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/filieres_industrielles_-_synthese_consultation.pdf

Repost 0